Arborescence

  • bienvenue

    ARBORESCENCE a pris racine le 25 novembre 2017 à la Sainte-Catherine, à l'occasion de la Fête de l'Arbre ... tout est dans la symbolique. Notre association citoyenne a pour vocation la découverte et la protection des Arbres Remarquables de Rixensart. Ses objectifs sont 

     sensibiliser les habitants à la protection du patrimoine arboré rixensartois, par la diffusion d’informations sur un site Internet, via les réseaux sociaux ou tout média non payant

     constituer et éditer un fonds d’archives didactiques et iconographiques, accessible à tout public et à destination des générations futures

     tenir à jour l’inventaire des « Arbres Remarquables » de Rixensart, Genval et Rosières

     agir en fonction des informations reçues ou transmises par les lanceurs d’alerte vers les autorités compétentes, et en assurer le suivi 

     créer les conditions d’un partenariat durable ou agir en synergie avec les associations protectrices de la nature, ainsi qu’avec les autorités responsables dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

     

    Le concept, vos réactions sympas et les aides à la navigation se trouvent dans la barre d’onglets. Dans la colonne de droite, notamment la liste de nos adhérents. Et dans la partie centrale, hormis ce mot de bienvenue, vous découvrirez au fil des semaines les notices concernant nos Arbres Remarquables, des informations consacrées à la protection du patrimoine arboré, aux critères de reconnaissance, à la législation et ... à l'histoire de deux fonctionnaires de la Wallonie qui, durant dix ans, ont sillonné prairies, forêts, parcs et jardins à la recherche d'arbres exceptionnels.

    Bonne découverte !

  • arbres remarquables de Rixensart

    Sur le territoire de Rixensart, les Arbres Remarquables sont disséminés sur 53 sites différents (1). ARBORESCENCE les édite au fur et à mesure reprenant, photographies, carte et illustrations à l'appui, une description, la localisation, l’état sanitaire, les dimensions et l’intérêt qu’ils présentent, le tout accompagné par une notice didactique.

    ✓ Tilleul argenté pleureur | clos du Bocage 9 (Genval)

     Tilleuls de Hollande (32) | avenue de Montalembert (Rixensart)

     Chêne pédonculé | val de la Rivière (Genval)

     Charmes communs (6) | chemin des Deux Fermes (Rosières)

     Hêtres pourpres (2) | rue de l'Église (Rixensart)

     Platane commun | avenue du Lac (Genval)

     Châtaignier commun | rue du Plagniau (Rixensart)

    __________
    (1) suivant la liste officielle de la Wallonie, parue dans le Moniteur Belge du 22 février 2013

  • tilleul argenté pleureur

    genval,clos du bocage

    Tilia petiolaris | Tilleul argenté pleureur
    Genval | Clos du Bocage 9

    arbre remarquable

    Genval | Domaine privé | Site 12/1
    État sanitaire 6 | Circonférence 2 m 60 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013 (1)

     

    tilleul argenté pleureur

    Le Tilleul argenté pleureur ou Tilleul de Hongrie (Tilia petiolaris) est une espèce d'arbre originaire du Proche-Orient et de l’Asie Mineure appartenant à la famille des Tiliaceae. Cette espèce produit de grands arbres à port arrondi pouvant atteindre 30-35 m de haut, avec les jeunes rameaux duveteux.

    Ses feuilles aux nervures marquées sont caduques, simples, cordiformes dentées et longuement pétiolées. Elles sont de couleur vert sombre au revers feutré de blanc argenté en été et prennent une belle coloration jaune doré en automne.

    La floraison donne des grappes de fleurs jaune pâle, parfumées, très abondantes en juillet-août. Il aime tous les sols profonds, bien drainés et frais.

    Il supporte bien la sécheresse mais pas le gel. C'est une espèce à croissance rapide sous climat tempéré qui supporte bien la taille. Sa floraison abondante en fait une plante mellifère remarquable et son feuillage un arbre d’ornementation apprécié dans les parcs. Les propriétés médicinales de ses fleurs sont connues depuis longtemps en phytothérapie. Son bois léger quant à lui est apprécié des sculpteurs (2).

    genval,clos du bocage

    Exemple | Tilleul argenté pleureur photographié dans le Parc de Mariemont (Morlanwez)
    2007 © Jean-Paul Grandmont

    __________
    (1) MONITEUR BELGE du 22 février 2013
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Tilleul argenté pleureur
  • tilleuls de hollande

    Avenue de Montalembert 10.2010 © Eric de Séjournet 1.JPG

    Tilia x europaea | trente-deux Tilleuls de Hollande
    Rixensart | Avenue de Montalembert

    (de part et d'autre de l'avenue)
    octobre 2010 © Eric de Séjournet 

     

    32 arbres remarquables

    Rixensart | Domaine public | Site 25/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 1 m 50 | Hauteur 25 m
    Intérêt paysager
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013 (1)

     

    25:1 Trente-deux Tilleuls de Hollande Avenue de Montalembert montage.jpg

    Tilia x europaea | trente-deux Tilleuls de Hollande
    Rixensart | Avenue de Montalembert
    octobre 2015 © Monique D'haeyere
    novembre 2013 © Monique D'haeyere
    janvier 2009 © Eric de Séjournet

    rixensart,avenue de montalembert,arbres remarquables

     

    tilleul

    Le nom botanique du genre Tilia regroupe les tilleuls, des arbres sauvages et ornementaux dont les fleurs odorantes et les bractées sont utilisées en infusions apaisantes et calmantes. Ils sont plantés surtout dans les parcs, le long des avenues et sur les places publiques pour leur port et l'ombrage qu'ils fournissent, mais peuvent également se rencontrer en forêt, particulièrement dans les régions calcaires.

    Les tilleuls sont des arbres à croissance rapide, à cime ovoïde, très rameuse, pouvant atteindre 1,50 m de haut, aux branches assez largement étalées. Le tronc présente une écorce d'abord grise et lisse, puis marquée de fines gerçures longitudinales assez écartées. Chez les sujets très âgés, il peut prendre un aspect aussi crevassé que celle d'un chêne. Les rameaux lisses, glabres et luisants, sont souvent rougeâtres. Les feuilles, caduques, simples, alternes, distiques, généralement asymétriques et en forme de cœur (cordiformes) forment un feuillage dense. Les bourgeons ovoïdes, globuleux, écartés du rameau, rougeâtres.

    Les fleurs sont hermaphrodites, étant donc à la fois de sexe féminin et masculin. À cinq sépales et cinq pétales libres de couleur blanc jaunâtre, avec de nombreuses étamines. Les fruits présentent les caractéristiques de petites capsules sèches et globuleuses. Ils renferment une ou deux graines.

    tilleul de Hollande

    Le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos Scop.) est une espèce des régions tempérées d'Europe, souvent plantée comme arbre d’alignement.

    En Basse-Bavière, un tilleul à grandes feuilles domine la place du village de Ried. Cet arbre est probablement le champion de son espèce. Pendant plus d'un siècle cet arbre porta le nom de Wolframslinde (2), du nom du troubadour auteur de la version originale allemande de Parzival. Selon l'estimation des historiens, cet arbre aurait mille ans. Il semble que ce soit là un maximum, le bois de tilleul étant trop tendre pour être résistant. Toutefois, il possède une capacité de régénération importante qui lui permet de rétablir une tête arrachée par une tempête. La majorité des tilleuls ne dépassent guère 400 ans, et les tilleuls à grandes feuilles semblent être les plus résistants (3).

    SYMBOLIQUE | protecteur, symbole d'amitié et de fidélité mais aussi d'amour conjugal. 

     

    Tilia grandifoliata  Tilleul à grandes feuilles 1796 Ed. Deutschlands Flora un Abbildungen Johann Georg Sturm Pinxit Jacob Sturm.jpg

    STURM Jacob pinxit, Ed. Deutschlands Flora und Abbildungen, 1796

    __________
    (1) MONITEUR BELGE du 22 février 2013

    (2) Tilleul de Wolfram
    (3) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Tilleul de Hollande
  • chêne pédonculé

     genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | Val de la Rivière, 18
     octobre 2015 © François Schwind  

    arbre remarquable

    Genval | Domaine privé | Site 4/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 3 m 22 | Hauteur 21 m
    Intérêt taille exceptionnelle & paysager
    Année d'observation 2004 | Officialisation 29 mai 2007 | Moniteur Belge du 22 février 2013 

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | Val de la Rivière, 18
     juin 2008 © Eric de Séjournet
    juin 2008 © Eric de Séjournet 
    octobre 2009 © Eric de Séjournet 
    avril 2009 © Eric de Séjournet  

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

      

    chêne pédonculé

    Le chêne pédonculé est une espèce d'arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

    Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies. 

    Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

    Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets. 

    Espèce monoïque, la floraison a lieu d'avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s'ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

    SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes 'chêne' et 'force' se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
    Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
    1885, Gera, Germany

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Chêne pédonculé
  • charmes communs

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | Chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    Six sujets restant d'une vieille charmille
    entourant la Chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours
     avril 2014 © Eric de Séjournet  

    6 arbres remarquables

    Rosières | Domaine public | Site 46/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 2 m 10 | Hauteur 22 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013


    HISTORIQUE DU CLASSEMENT | Par Arrêté Royal du 2 décembre 1959 (1) est classé comme site, en raison de sa valeur esthétique, l’ensemble formé par la vieille chapelle et les arbres qui l’entourent, à la jonction des rues de Bruxelles et du Tilleul, à Rosières-Saint-André, section A, partie du n° 30a (partie de 1 Ha. 30 a. 40 ca.), propriété de Hollickx Marguerite, veuve de Jean Jacqmotte, née à Ixelles le 31 juillet 1880.

    Les restrictions à apporter au droit de la commune-propriétaire et que commande la sauvegarde de l’intérêt national, sont les suivantes. Interdiction, sauf autorisation accordée conformément aux dispositions de l’article 6 de la loi précitée

    - de faire disparaître l’ensemble comprenant la chapelle et les arbres qui l’entourent, ou de le modifier
    - d’élaguer les arbres autrement que pour l’ensemble et dans des proportions normales
    - d’appliquer contre les murs de la chapelle toute plaque commémorative ou autre inscription
    - d’attacher du fil de fer aux arbres, dans le but de clôturer le lieu

    Signé : Baudouin

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | Chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    1985 © Narcisse Poplemont pinxit
    juillet 2017 © Monique D'haeyere
    janvier 2013 © Eric de Séjournet

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

      

    charme commun

    Les charmes constituent un genre d’arbres et d'arbustes de la famille des Bétulacées. Ce genre (Carpinus) compte une trentaine d’espèces des régions tempérées de l’hémisphère nord, d'Asie mineure et d’Europe. Une forêt constituée principalement de charmes est appelée une charmaie ou une charmeraie. Le mot charme est issu du latin carpĭnus « charme commun ».

    Les charmes sont des arbres pouvant mesurer jusqu'à 25 mètres, à feuilles marcescentes, alternes, petites, simples, avec le bord du limbe finement denté. L'écorce de l'arbre est foncée et souvent grise. Elle est quelquefois marron.

    Les fleurs sont regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent.

    La plus grande charmeraie naturelle d'Europe est la Forêt de la Hardt qui occupe l'est de la région mulhousienne.

    Le charme commun, d’origine européenne, qui supporte bien la taille est fréquemment planté comme arbre d'ornement dans les parcs et jardins, et pour constituer des allées (charmilles) et des haies (2).

    SYMBOLIQUE | la loyauté, la fidélité et la droiture.

     

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland,
    Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany


    __________

    (1) MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE, Administration des Arts, des Lettres et de l’Education populaire (Ministre Charles Moureaux), Arrêté Royal fait à Bruxelles le 2 décembre 1950
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Charme commun
  • hêtres pourpres

    Hêtres pourpres rue de l'Eglise Monument Comte Félxi de Merode 11.2017 © Eric de Séjournet LR.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | Rue de l'Eglise

    à l'arrière du monument au Comte Félix de Merode
    novembre 2017 © Eric de Séjournet 

     

    2 arbres remarquables

    Rixensart | Propriétaire commune de Rixensart (1) | Site 42/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 2 m 30 | Hauteur 25 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013

    42 1 Hêtres pourpres Monument de Merode montage 2.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | Rue de l'Eglise

    1953 coll. Jean-Claude Renier
    août 2014 © Monique D'haeyere
    octobre 2015 © Eric de Séjournet
    octobre 2015 © Monique D'haeyere  
     

    42:1 Rue de l'Eglise Rixensart.jpg
     

    hêtre

    Le hêtre commun (Fagus sylvatica) est une espèce d’arbre à feuilles caduques, indigène d’Europe, appartenant à la famille des Fagaceae, tout comme le chêne et le châtaignier.

    C’est un grand arbre. Sur les sols de bonne fertilité, il peut s'élever facilement jusqu'à 25 à 35 m de hauteur et la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 1,80 m chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu'à 45,5 m de hauteur.

    Le hêtre commun se reconnaît à son écorce mince et lisse qui persiste ainsi tout au long de la vie de l'arbre. La surface du tronc est régulière. Elle devient légèrement rugueuse (présence de petites fissures) chez les vieux sujets.

    Les feuilles alternes sont entières et simples, de forme ovale à obovale, longues de 6 à 10 cm et larges de 4 à 7 cm, brillantes et légèrement coriaces.

    Le feuillage est fréquemment marcescent : des feuilles mortes restent attachées aux branches pendant une partie plus ou moins longue de l'hiver. Le phénomène affecte surtout les jeunes arbres. Chez des arbres plus développés, ce sont les parties basses et abritées qui gardent leurs feuilles, alors que les houppiers ont souvent été dégarnis dès les premiers vents d’automne (2).

    SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.

    hêtre pourpre

    Le hêtre pourpre (Fagus sylvatica f. purpurea (Aiton) C.K.Schneid) fut découvert en plusieurs endroits, dès 1680 près de Zurich, puis en Thuringe ou dans le Tyrol. On peut trouver des semis à l'état disséminé dans les hêtraies. Il connaît un succès constant comme grand arbre d'ornement. La feuille présente une couleur pourpre à cause d'une teneur élevée en anthocyanidine qui masque la teinte verte de la chlorophylle (2).


    HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897.JPG Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

    __________
    (1) COLLÈGE COMMUNE DE RIXENSART, septembre 2017

    (2) Notice didactique | Wikipedia

  • platane commun

    Platane commun avenue du Lac Genval © Monique D'haeyere 0.jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | Avenue du Lac

    À côté du n° 96 (restaurant "Le Shangri-La du lac)
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 

     

    arbre remarquable

    Genval | Propriétaire non déterminé | Site 16/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 3 m 45 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    Platane commun AR avenue du Lac Genval montage (1).jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | Avenue du Lac
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    mars 2012 © Eric de Séjournet
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    juin 2009 © Eric de Séjournet
     

    16:1 Platane commun avenue du Lac Genval carte légende.jpg


    platane commun


    Le Platane commun (Platanus x acerifolia) est une espèce hybride entre le platane d'Occident (Amérique du Nord) et le platane d'Orient (ouest de l'Asie, sud est de l'Europe), à fertilité très faible (seule une infime partie des graines peuvent germer), apparu au cours du XVIIIème siècle en Europe.

    Cette espèce est couramment utilisée comme arbre d'ornement et d'alignement le long des rues. Le terme 'platane' a été emprunté, via le latin, au nom grec de l'arbre, platanos, de platus, large, en référence à l'ampleur du houppier.

    Sa durée de vie est estimée à un millier d’années maximum. Sa taille maximale connue est de 55 m (le Platane 'Tête de méduse' du château des Bruyères à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard)(1).

    Port : houppier large.

    Son tronc est droit, pouvant atteindre un diamètre impressionnant avec l'âge. Son feuillage est caduc. Grandes feuilles (20 cm) alternes à 3 ou 7 lobes peu dentés. Les jeunes pousses sont couvertes de poils marron qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l'année passée (en avril). Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles. Les fleurs sont unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d'un long pédoncule. Les fruits sont des petits akènes entourés d'un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules qui persistent longtemps après la chute des feuilles.

    Situé sur l'île grecque de Cos, l’Arbre d'Hippocrate (2) est un platane d'Orient sous lequel, selon la légende, Hippocrate aurait enseigné à ses élèves la médecine. Avec un tronc d'une circonférence d'environ 12 m, cet arbre est réputé être le plus grand platane d’Europe (3). 

    SYMBOLIQUE | la régénération.

     

    Platane commun Fig. 344 from E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900 (1).jpg 

    E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900

    __________
    (1) Tête de méduse
    (2) Arbre d'Hippocrate
    (3) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Platane commun
  • châtaignier commun

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | Rue du Plagniau (au milieu du rond-point)

    avril 2011 © Eric de Séjournet 

     

    arbre remarquable

    Rixensart | Domaine public | Site 24/1
    État sanitaire 6
    Circonférence 3 m 75 | Hauteur 26 m
    Intérêt paysager & taille exceptionnelle
    Année d'observation 1997 | Officialisation 13 août 1999 | Moniteur Belge du 22 février 2013

    rixensart,rue du plagniau,plagniau,arbres remarquables

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | Rue du Plagniau (au milieu du rond-point)
    juin 2013 © Ges Terzo 
    août 2011 © Denisa Vlaicu
    mars 2009 © Eric de Séjournet

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

     

    châtaignier commun


    Le châtaignier ou châtaignier commun (Castanea sativa Mill.) est un arbre à feuilles caduques de la famille des fagacées. Il produit des fruits : les châtaignes. Lorsqu'il est en nombre sur un territoire délimité, il forme une châtaigneraie. Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. La longévité d'un châtaignier est très grande et peut dépasser le millénaire, comme celui des Cent chevaux (1) situé sur la commune de Sant'Alfio en Sicile (sur les pentes de l'Etna). Il atteindrait un âge estimé entre 2000 et 4000 ans.

    L’écorce jeune est lisse et de couleur brun verdâtre, puis devient brun foncé avec le rhytidome qui se fissure longitudinalement. Avec l'âge, le tronc a tendance à devenir creux. Ses grandes feuilles caduques vert luisantes dessus sont de forme oblongue-lancéolée aiguë, aux bords en dents de scie et pétiole court. Elles sont disposées en spirale et peuvent mesurer jusqu'à 25 cm de long sur 4 à 8 cm de large.

    Cet arbre monoïque à croissance sympodiale fleurit de la mi-juin à la mi-juillet (les fleurs étant des chatons cylindriques jaune pâle). On ramasse ou récolte les châtaignes à partir du mois d'octobre.

    Il est assez rustique face au froid hivernal mais il supporte mal les gelées tardives, car le débourrement des bourgeons au printemps est précoce, d'où sa rareté sous les climats à continentalité marquée. Il s'est donc surtout développé dans les climats doux et humides d'Europe de l'Ouest. Du fait de ses origines para-méditerranéennes il peut supporter des sécheresses estivales, à condition que le cumul annuel des précipitations soit élevé pour que les réserves en eau du sol soient suffisantes (2).

    SYMBOLIQUE | la vérité, la vigueur, la générosité et la justice.

     

    rixensart,rue du plagniau

    Prof. Dr. Otto Willem Thomé, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, 1885

    __________
    (1) Cent Chevaux
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Châtaignier commun
  • branche communication

    Eric de Séjournet

    assurer la communication et toucher tout public, en particulier les passionnés de la nature et de la photographie, les amoureux de Rixensart, les responsables du monde politique, économique et associatif, le corps enseignant et les étudiants, les nouveaux résidents et visiteurs

    créer sur la Toile une plate-forme mettant en valeur le patrimoine arboré, à savoir les Arbres Remarquables de Rixensart (1), et y éditer des notices illustrées (2) et didactiques

    constituer un groupe de membres et en éditer la liste (3)

    créer les conditions d’un partenariat durable ou agir en synergie avec les associations protectrices de la nature


    __________
    (1) Le site Internet de type ‘blog’ correspond parfaitement aux besoins éditoriaux et s’adapte à tous types d’écrans (ordinateur, tablette, portable). La gratuité de l’hébergement sur 'Skynet' est toutefois compensée par un bandeau publicitaire imposé en tête de blog.
    (2) ARBORESCENCE réserve la propriété intellectuelle des photos publiées sur son site aux photographes participants et interdit toute reproduction des photos y publiées, sauf autorisation écrite de l'auteur. Celle-ci peut être demandée par courriel via l’association. Cette dernière décline toute responsabilité quant à l'usage frauduleux qui pourrait être fait de ces photographies.
    (3) Le membre d’Arborescence s'intéresse au patrimoine arboré de Rixensart et souhaite rester informé. Il soutient et approuve les objectifs poursuivis par Arborescence et accepte que ses nom et prénom soient édités. Aucune cotisation n’est requise.

  • branche didactique

    Berna de Wilde d'Estmael

    identifier le patrimoine arboré

    rédiger des notices didactiques

    constituer un carnet d'adresses d’experts 

    proposer les candidats arbres au statut d’Arbre Remarquable

  • branche action

    Thierry Bennert

    tenir à jour (1) l’inventaire du patrimoine arboré de Rixensart, Genval et Rosières, principalement les « Arbres Remarquables » reconnus en tant que tels par la Wallonie (2)

    sensibiliser les membres à parrainer un ou plusieurs Arbres Remarquables

    coacher les parrains/marraines dans leur mission d’observation, d’étude, de photographie et de lanceur d’alerte

    agir auprès des autorités responsables dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire, et en assurer le suivi.

     

    __________
    (1) Tous les Arbres Remarquables sur le territoire de Rixensart ont été officialisés le 13 août 1999, sauf un en 2003 et six en 2007
    (2) MONITEUR BELGE du 22 février 2013

  • candidats arbres remarquables

    ARBORESCENCE peut intervenir auprès des autorités communales ou wallonnes afin d'introduire une demande afin qu'un arbre exceptionnel ou un alignement d'arbres puisse figurer sur la liste officielle des Arbres Remarquables. Ces 'candidats Arbres Remarquables' doivent présenter un ou plusieurs des critères suivants :


     intérêt paysager

     intérêt historique

     intérêt dendrologique

     curiosité biologique

     taille exceptionnelle

     intérêt folklorique ou religieux

     repère géographique (limite, borne, ...)

     

    Les adhérents à l'association citoyenne ARBORESCENCE sont invités à formuler et à transmettre leurs propositions à ⤷ arborescence.rixensart@gmail.com.

  • protéger notre patrimoine arboré

    Recommandations pour éviter les dégâts aux arbres (1)

     Prévoir un périmètre de protection de l'arbre. Clôture ou grillage à l'aplomb de la couronne.


     Eviter toute coupe ou élagage drastique. Si des branches sont jugées gênantes ou dangereuses, une taille préventive sera effectuée par des spécialistes.


     Préserver l'arbre des poussières, des fumées et fortes températures provoquées par les feux, ainsi que des gaz émanant de produits toxiques volatils.


     Ne jamais exposer brutalement l'arbre au vent et au soleil en modifiant subitement son environnement.


     Eviter toute pollution du sol par des matériaux ou produits nocifs. A entreposer hors des périmètres sensibles.


     Interdire toute circulation au pied des arbres. Dans les cas extrêmes, placer un dispositif permettant de répartir les charges.


     Ne pas modifier la structure et la nature du sol sans l'avis d'un spécialiste.


     Eviter les coups sur le tronc et l'arrachage des branches que pourraient provoquer les bras et pelles d'engins mécaniques


     Ne pas modifier le relief du sol (remblai ou déblai) sous la couronne de l'arbre.


     Proscrire tout dépôt de matériaux, même provisoire, sur le périmètre des racines.


     Interdire la coupe des racines et privilégier le forage dirigé plutôt que fouilles et tranchées.


     Ne pas modifier les conditions hydriques du sol. Dans les cas extrêmes, compenser par des arrosages fréquents.


    __________

    (1) WALLONIE, Préserver les arbres (dépliant de la Direction Générale de l'Aménagement du territoire et de la Direction générale des Ressources naturelles et de l'Environnement)

  • critères de reconnaissance

    Sont considérés comme Arbres Remarquables :

    les arbres en raison de leur valeur esthétique ou paysagère, à savoir les arbres isolés à haute tige ou les arbustes, d'au moins trente ans, dans les espaces ouverts, et les arbres corniers ou de limites

     les arbres qui ont fait l'objet d'une étude ou d'un écrit, et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres répertoriés dans l'ouvrage de Jean Chalon, intitulé « 1134 Arbres Remarquables de la Belgique » (Namur, 1902), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres répertoriés dans l'ouvrage de l'administration des eaux et forêts, intitulé « Arbres Remarquables de la Belgique » (Bruxelles, 1978), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres classés ou faisant l'objet d'une procédure de classement, conformément à la loi du 7 août 1931 sur la conservation des monuments et des sites, modifiée par le décret du 28 juin 1976 du conseil de la Communauté française

     les arbres répertoriés, individuellement ou en groupe, sur des listes établies annuellement par communes à l'initiative des fonctionnaires délégués (1).

    Les Arbres Remarquables de Wallonie sont cartographiés ⤷ cliquez ici (2).

    __________

    (1) art. 266 du CWATUP, pour l'application de l'article 84 §1.11
    (2) Une légende spécifique et officielle existe. Il convient de distinguer un arbres isolé (symbolisé par un point) d'un groupe d'arbres (symbolisé par un triangle) ainsi qu'un alignement d'arbres (symbolisé par un trait discontinu).

  • législation

    Législation en matière de protection des Arbres Remarquables (infos non exhaustives et sous réserve de modification)


    PERMIS D'URBANISME | Conformément à l' Art. 84 § 1.11 du CWATUP , il est nécessaire d'obtenir préalablement auprès du Collège Communal, un permis d'urbanisme pour la modification de la silhouette ou l'abattage d'un arbre ou d'une haie remarquable. Cette volonté de protection a été renforcée par la circulaire ministérielle du 14/11/2008 qui fixe plusieurs recommandations pour la préservation de nos arbres et haies remarquables comme par exemple l'interdiction de bâtir à moins de 5m de l'aplomb de la couronne des arbres remarquables.


    INFRACTIONS | En cas de populistes pénales, le Ministère Public peut exiger la peine visée à l'Art. 154° du CWATUP ainsi que la remise en état des lieux comme précisé à l'Art. 155 § 2 du CWATUP. Néanmoins, conformément à l'Art. 155 § 6 du CWATUP, lorsque les actes et travaux exécutés ou maintenus en infraction sont susceptibles de recevoir le permis d'urbanisme requis, le Gouvernement ou le fonctionnaire délégué peut proposer, de commun accord avec le collège communal, la transaction visée à l'Art. 449 16° et 17° du CWATUP au contrevenant.


    DOMMAGES | En cas de dommages causés à un Arbre Remarquable, est établie une évaluation de la valeur d'agrément des arbres situés sur le domaine public en Wallonie (voir circulaire interne n° 2660 de la Wallonie, annexes 1 et 2). Par valeur d'agrément d'un arbre, on entend la valeur qui lui est attribuée conventionnellement tenant compte de ses fonctions esthétique, sociale, culturelle, biologique déterminantes par rapport à la seule fonction de production de bois, en référence au site occupé par lui. Par conséquent, la circulaire n° 2660, établie par la DNF – Direction des Espaces Verts en collaboration avec la Direction de l'intégration paysagère et du patrimoine du M.E.T., propose une méthode objective et appropriée permettant le calcul de l'indemnisation dont pourrait se prévaloir la Région Wallonne lorsque des dommages sont causés par des tiers aux arbres se trouvant sur le domaine public ou assimilé relevant de sa compétence.

  • l’héritage de Julia Hill

    histoires remarquablesAprès avoir visionné l’intéressante série « Histoires d’arbres » diffusée par ARTE (1), je retiens particulièrement l’histoire de l’américaine Julia Hill, rebaptisée par la presse 'Butterfly', qui a sauvé de la déforestation un Séquoia Remarquable vieux de plus de mille ans, situé dans le parc national de Redwood en Californie.

    En 1997, ce Séquoia géant, ainsi que d’autres séquoias de la même forêt, étaient menacés de destruction par la Compagnie Pacific Lumber. N’écoutant que son courage et très volontaire, Julia choisit de vivre durant 738 jours dans l’arbre qu’elle appela Luna, perchée à soixante mètres du sol, afin d’alerter le plus longtemps possible l’opinion publique. Ballotée jours et nuits sur sa plateforme par vents et tempêtes, accompagnée d’un téléphone et ravitaillée une fois par semaine, elle livra seule un vrai combat qui porta ses fruits puisque l’arbre fut sauvé ainsi que ceux qui l’entouraient sur cette colline. Interviewée après son exploit, elle affirma avec beaucoup d’émotion avoir eu difficile à revenir sur la terre ferme après avoir vécu sur ce Séquoia qui fut pour elle son meilleur ami et meilleur professeur.

    Je laisse parler Julia : « Pendant la tempête, je me crispais toute entière. Le vent hurlait, je prenais la neige et la grêle en pleine figure, je ne voulais pas mourir ! (...) Je me suis recentrée sur moi-même. J’ai pensé que la branche qui reste trop rigide se casse et tombe et qu’il faut savoir affronter la tempête de la vie (...). J’ai commencé à ressentir des moments de paix et de beauté et ces moments étaient incroyables (...). Je suis montée dans l’arbre, j’avais 23 ans, quand j’en suis descendue, j’en avais 26. J’avais l’impression d’avoir beaucoup vieilli , cela m’avait tellement transformée ! Ce jour-là, je me suis effondrée, je n’avais pas touché le sol depuis plus de deux ans. Grâce à beaucoup d’amour, d’implication et de courage, mon équipe et moi avions réussi ! »

    Quand elle vivait dans Luna, Julia s’est rendu compte que ses contemporains, - c’est-à-dire nous, devaient décider de l’héritage qu’ils laisseraient aux générations futures. Elle espère ainsi qu’elle aura, à sa façon, rendu le monde un peu meilleur.

    Berna de Wilde d’Estmael

    __________
    (1) ARTE télévision, Histoires d'arbres, décembre 2017
    (2) Photo par Thomas DeSoto | Couverture du livre "The Legacy of Luna"

  • un travail de titan

    L'histoire des Arbres Remarquables en Wallonie débuta par le recensement réalisé par deux fonctionnaires de la Région Wallonne. Dix ans durant, ils arpentèrent prairies, forêts, parcs et jardins à la recherche des Arbres Remarquables de la Région sur base de demandes émanant aussi bien des communes que de privés.

    Ce travail de titan permit de répertorier plus de 22.914 Arbres Remarquables, qu’ils soient isolés, en groupe ou alignés. Sur le territoire de Rixensart, ils sont disséminés sur 53 sites différents, la plupart ayant été 'observés' en 1997.

    Depuis, chacun d’eux dispose d’une fiche signalétique reprenant une description, la localisation, l’état sanitaire, les dimensions et l’intérêt qu’il présente (paysager, taille exceptionnelle, dendrologique, curiosité biologique, historique, folklorique/religieux, repère géographique).

    L'officialisation vint quand, le 8 janvier 2013, un Arrêté ministériel approuva les listes communales des Arbres  Remarquables. Il parut le 22 février 2013 au Moniteur belge.

    Ce travail représente un véritable outil pour la défense de notre patrimoine arboré remarquable, dorénavant protégé. En effet, toute modification de leur silhouette ou toute velléité d’abattage sont subordonnées à une autorisation délivrée par le Collège communal de Rixensart après consultation des services de la Division de la Nature et des Forêts.

    __________
    Liste des Arbres Remarquables répertoriés à Rixensart ⤷ cliquez ici.

  • à ne pas manquer ...

    ARTE TÉLÉVISION a diffusé début décembre 2017 la magnifique série « Histoires d’arbres ». Elle nous entraîne à la découverte d’arbres remarquables, à travers celles et ceux qui les protègent. Symboles de sagesse, de longévité, d’hardiesse ou de sérénité, les arbres tiennent une place centrale dans la culture des hommes. A travers toute l’Europe, ils sont à la fois des repères dans le temps, des témoins de la vie collective, des sources de spiritualité ou simplement des rencontres esthétiques.

    Cette série peut être visionnée jusque début janvier 2018 sur ARTE Internet (cliquez sur les hyperliens ci-dessus).


     LES IMMORTELS. À Tokyo, dans le jardin d’un temple, survit un joyau de la nature : un cerisier millénaire qui serait le plus ancien du Japon. Chaque année, sa floraison est suivie par des millions d’habitants. Dans la province de Oaxaca au Mexique vit l’arbre de Tule, un cyprès majestueux qui continue de grandir et serait le plus large au monde. Une fête célèbre sa longévité.

     

     LES VÉNÉRABLES. Gardiens d’une culture millénaire, l’araucaria au Chili et le baobab au Sénégal sont des arbres vénérables et vénérés. Refuges des génies ou incarnations d’un esprit, ils représentent un lien fort à la nature et aux ancêtres.

     

     LES NOURRICIERS. Dans l’État indien de l’Uttar Pradesh, le manguier Dasheri a donné naissance à une variété de mangues à la saveur inégalée. Au Canada, en Ontario, prospère l’érable Comfort, du nom de la famille qui veille sur lui depuis neuf générations. Du fruit qui se cueille à la sève que l'on extrait, ces deux arbres nourriciers sont à la source de saveurs qui se perpétuent depuis des décennies.

     

     LES SURVIVANTS. Dans le parc national de Redwood, en Californie, un séquoia géant a échappé à l’abattage grâce à Julia Butterfly Hill, qui a vécu deux ans à son sommet pour le sauver. De l’autre côté du Pacifique, à quelques centaines de kilomètres de Tokyo, un genévrier pluricentenaire mobilise l'attention du maître bonsaï Shinji Suzuki. Ces deux arbres survivants, l’un géant, l’autre nain, illustrent la résilience de la nature grâce à l’engagement exceptionnel de deux personnes.

     

     LES SACRÉS. Dans le nord de l’Éthiopie, dans la légendaire ville d’Aksoum, un figuier sycomore trône depuis près de deux cents ans. Jadis divinisé, il est aujourd’hui le témoin immobile des rites orthodoxes des croyants, non loin de la chapelle où reposerait l’Arche d’alliance. À 4 000 kilomètres de là, dans l'État indien du Pendjab, les habitants du village de Cholti Kheri vénèrent un immense figuier des banians. Surnommé "le sage", il présente un gigantesque réseau racinaire qui couvre plusieurs hectares. Devenus sacrés, ces deux arbres, proches cousins, portent l’espérance des hommes.

  • arborescence

    organisation

    Association citoyenne créée le 25 novembre 2017 à la Sainte-Catherine, à l'occasion de la Fête de l'Arbre.

    cofondateurs

    Eric de Séjournet
    Thierry Bennert
    Berna de Wilde d'Estmael 

    contact ⤷ arborescence.rixensart@gmail.com