• hêtres pourpres

    Hêtres pourpres rue de l'Eglise Monument Comte Félxi de Merode 11.2017 © Eric de Séjournet LR.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | rue de l'Eglise

    à l'arrière du monument au Comte Félix de Merode
    novembre 2017 © Eric de Séjournet 

     

    2 arbres remarquables

    Rixensart | Propriétaire commune de Rixensart (1) | Site 42/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 30 | Hauteur 25 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux | Situation : groupe, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

    42 1 Hêtres pourpres Monument de Merode montage 2.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | rue de l'Eglise

    1953 coll. Jean-Claude Renier
    août 2014 © Monique D'haeyere
    octobre 2015 © Eric de Séjournet
    octobre 2015 © Monique D'haeyere  
     

    42:1 Rue de l'Eglise Rixensart.jpg
     

    hêtre

    Le hêtre commun (Fagus sylvatica) est une espèce d’arbre à feuilles caduques, indigène d’Europe, appartenant à la famille des Fagaceae, tout comme le chêne et le châtaignier.

    C’est un grand arbre. Sur les sols de bonne fertilité, il peut s'élever facilement jusqu'à 25 à 35 m de hauteur et la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 1,80 m chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu'à 45,5 m de hauteur.

    Le hêtre commun se reconnaît à son écorce mince et lisse qui persiste ainsi tout au long de la vie de l'arbre. La surface du tronc est régulière. Elle devient légèrement rugueuse (présence de petites fissures) chez les vieux sujets.

    Les feuilles alternes sont entières et simples, de forme ovale à obovale, longues de 6 à 10 cm et larges de 4 à 7 cm, brillantes et légèrement coriaces.

    Le feuillage est fréquemment marcescent : des feuilles mortes restent attachées aux branches pendant une partie plus ou moins longue de l'hiver. Le phénomène affecte surtout les jeunes arbres. Chez des arbres plus développés, ce sont les parties basses et abritées qui gardent leurs feuilles, alors que les houppiers ont souvent été dégarnis dès les premiers vents d’automne (2).

    SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.

    hêtre pourpre

    Le hêtre pourpre (Fagus sylvatica f. purpurea (Aiton) C.K.Schneid) fut découvert en plusieurs endroits, dès 1680 près de Zurich, puis en Thuringe ou dans le Tyrol. On peut trouver des semis à l'état disséminé dans les hêtraies. Il connaît un succès constant comme grand arbre d'ornement. La feuille présente une couleur pourpre à cause d'une teneur élevée en anthocyanidine qui masque la teinte verte de la chlorophylle (2).


    HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897.JPG Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

    __________
    (1) COLLÈGE COMMUNE DE RIXENSART, septembre 2017

    (2) Notice didactique | Wikipedia

  • platane commun

    Platane commun avenue du Lac Genval © Monique D'haeyere 0.jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac

    À côté du n° 96 (restaurant "Le Shangri-La du lac)
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 

     

    arbre remarquable

    Genval | Propriétaire non déterminé | Site 16/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 45 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    Platane commun AR avenue du Lac Genval montage (1).jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    mars 2012 © Eric de Séjournet
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    juin 2009 © Eric de Séjournet
     

    16:1 Platane commun avenue du Lac Genval carte légende.jpg


    platane commun


    Le Platane commun (Platanus x acerifolia) est une espèce hybride entre le platane d'Occident (Amérique du Nord) et le platane d'Orient (ouest de l'Asie, sud est de l'Europe), à fertilité très faible (seule une infime partie des graines peuvent germer), apparu au cours du XVIIIème siècle en Europe.

    Cette espèce est couramment utilisée comme arbre d'ornement et d'alignement le long des rues. Le terme 'platane' a été emprunté, via le latin, au nom grec de l'arbre, platanos, de platus, large, en référence à l'ampleur du houppier.

    Sa durée de vie est estimée à un millier d’années maximum. Sa taille maximale connue est de 55 m (le Platane 'Tête de méduse' du château des Bruyères à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard)(1).

    Port : houppier large.

    Son tronc est droit, pouvant atteindre un diamètre impressionnant avec l'âge. Son feuillage est caduc. Grandes feuilles (20 cm) alternes à 3 ou 7 lobes peu dentés. Les jeunes pousses sont couvertes de poils marron qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l'année passée (en avril). Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles. Les fleurs sont unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d'un long pédoncule. Les fruits sont des petits akènes entourés d'un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules qui persistent longtemps après la chute des feuilles.

    Situé sur l'île grecque de Cos, l’Arbre d'Hippocrate (2) est un platane d'Orient sous lequel, selon la légende, Hippocrate aurait enseigné à ses élèves la médecine. Avec un tronc d'une circonférence d'environ 12 m, cet arbre est réputé être le plus grand platane d’Europe (3). 

    SYMBOLIQUE | la régénération.

     

    Platane commun Fig. 344 from E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900 (1).jpg 

    E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900

    __________
    (1) Tête de méduse
    (2) Arbre d'Hippocrate
    (3) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Platane commun
  • châtaignier commun

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | rue du Plagniau (au milieu du rond-point)

    avril 2011 © Eric de Séjournet 

     

    arbre remarquable

    Rixensart | Domaine public | Site 24/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 75 | Hauteur 26 m
    Intérêt paysager & taille exceptionnelle | Situation : isolé, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

    rixensart,rue du plagniau,plagniau,arbres remarquables

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | rue du Plagniau (au milieu du rond-point)
    juin 2013 © Ges Terzo 
    août 2011 © Denisa Vlaicu
    mars 2009 © Eric de Séjournet

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

     

    châtaignier commun


    Le châtaignier ou châtaignier commun (Castanea sativa Mill.) est un arbre à feuilles caduques de la famille des fagacées. Il produit des fruits : les châtaignes. Lorsqu'il est en nombre sur un territoire délimité, il forme une châtaigneraie. Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. La longévité d'un châtaignier est très grande et peut dépasser le millénaire, comme celui des Cent chevaux (1) situé sur la commune de Sant'Alfio en Sicile (sur les pentes de l'Etna). Il atteindrait un âge estimé entre 2000 et 4000 ans.

    L’écorce jeune est lisse et de couleur brun verdâtre, puis devient brun foncé avec le rhytidome qui se fissure longitudinalement. Avec l'âge, le tronc a tendance à devenir creux. Ses grandes feuilles caduques vert luisantes dessus sont de forme oblongue-lancéolée aiguë, aux bords en dents de scie et pétiole court. Elles sont disposées en spirale et peuvent mesurer jusqu'à 25 cm de long sur 4 à 8 cm de large.

    Cet arbre monoïque à croissance sympodiale fleurit de la mi-juin à la mi-juillet (les fleurs étant des chatons cylindriques jaune pâle). On ramasse ou récolte les châtaignes à partir du mois d'octobre.

    Il est assez rustique face au froid hivernal mais il supporte mal les gelées tardives, car le débourrement des bourgeons au printemps est précoce, d'où sa rareté sous les climats à continentalité marquée. Il s'est donc surtout développé dans les climats doux et humides d'Europe de l'Ouest. Du fait de ses origines para-méditerranéennes il peut supporter des sécheresses estivales, à condition que le cumul annuel des précipitations soit élevé pour que les réserves en eau du sol soient suffisantes (2).

    SYMBOLIQUE | la vérité, la vigueur, la générosité et la justice.

     

    rixensart,rue du plagniau

    Prof. Dr. Otto Willem Thomé, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, 1885

    __________
    (1) Cent Chevaux
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Châtaignier commun
  • PATRIMOINE ARBORÉ DISPARU

    Suite à des blessures ou défauts pouvant nuire à sa croissance et à sa longévité, à un dépérissement irréversible ou à une catastrophe naturelle, un Arbre Remarquable peut mourir, devoir être abattu, tomber lors d'une tempête ... et disparaître.

    Photographies, carte et illustrations à l'appui, ARBORESCENCE éditera toutes les informations disponibles à propos du patrimoine arboré disparu (1) du territoire de la Commune de Rixensart.

    Marronnier d'Inde, l'âme de la Place communale (Genval)

    __________
    (1) e.a. suivant la liste officielle de la Wallonie, parue dans le Moniteur Belge du 22 février 2013

  • marronnier d'inde, l'âme de la place communale

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    Aesculus hippocastanum | Marronnier d'Inde (souffrant de chancre bactérien)
    Genval | Place communale
    août 2015 © Guy Van Roy 

     

    arbre remarquable disparu

    Genval | Domaine public | Site 16/1
    État sanitaire 6 | Arbre présentant des malformations ou troubles de la croissance ne mettant pas en cause sa stabilité ni sa longévité de tout ou partie
    Circonférence 2 m 57 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013
    Causes disparition | chancre bactérien (1), tempête (après le 18 novembre 2015)
    Remplacé par un Érable le 9 décembre 2015

     

    Riverain de la Place communale, Guy Van Roy écrivit à la fin de l'été 2015 : Tu as toujours été là. Pour tous les Genvalois tu représentes l’âme de « la place », dont tu es sans doute le plus vieux des habitants.

    Que de choses ne pourrais-tu nous raconter : le démantèlement du kiosque dont une pâle copie a pris la succession dans le parc de la Maison Communale, la destruction de l’ancienne église et son remplacement par un édifice « contemporain », les parties féroces de balle-pelote dont les règles parfois ésotériques débouchaient sur des empoignades vite noyées au café du coin, les survols de pigeons revenant au village après le concours dominical …

    Mariages, enterrements, baptêmes et communions : ce sont des générations que tu as vu défiler sous le porche de l’église. Sous ta ramure, tu as abrité les amourettes naissantes des élèves de l’école toute proche et assisté stoïque aux cérémonies annuelles au monument aux morts que tu surplombes.

    Le mois de mai te voyait orné de centaines de fleurs blanches, la rentrée des classes était synonyme de récolte de marrons qui remplissaient les poches des enfants du coin. Mais cette année, tu n’as plus fleuri, et c’est à peine si quelques petites feuilles ont encore tenté de verdir tes extrémités. Es-tu devenu trop vieux, est-ce le réchauffement climatique, la pollution, les effluves de la friterie toute proche ou les ravages causés par la mineuse du marronnier, petit papillon à la chenille dévastatrice … en ce bel été, tu ne ressembles déjà plus qu’à un arbre en plein hiver!

    Tes jours sont sans doute comptés, et certains supputent déjà sur « ce qu’on va mettre pour le remplacer ».

    Reste encore un peu, on t’aimait bien, tu sais !

     

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    Aesculus hippocastanum | Marronnier d'Inde
    Genval | Place communale

    1945 coll. Monique D'haeyere
    avril 2010 © Monique D'haeyere

    avril 2014 © Christian Petit
    juin 2011 © Monique D'haeyere
    18 novembre 2015 (après une tempête) © Guy Van Roy

     

    Le sort s'acharna sur le destin du Marronnier d'Inde de la Place communale de Genval. Dans la nuit du 17 au 18 novembre 2015, cet Arbre Remarquable fut touché par une tempête automnale. Il fut abattu et remplacé par un Érable le 9 décembre 2015. 

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    décembre 2015 | Un Érable remplace désormais le vieux Marronnier d'Inde
    photo © Guy Van Roy

    __________
    (1) Le chancre bactérien ou dépérissement du marronnier est une maladie émergente, probablement multifactorielle, présentant les caractères d'une épidémie. Elle décime localement les marronniers de plusieurs espèces dans certains parcs et jardins. Aucun traitement n'existe. Il est recommandé de ne pas replanter des marronniers là où d'autres sont morts peu avant, l'expérience montrant qu'ils tombent malades en quelques années (2).
    (2) REMUE Bernard (Échevin des travaux), in Rixensart Info 274, septembre 2015

  • branche communication

    Eric de Séjournet

    assurer la communication et toucher tout public, en particulier les passionnés de la nature et de la photographie, les amoureux de Rixensart, les responsables du monde politique, économique et associatif, le corps enseignant et les étudiants, les nouveaux résidents et visiteurs

    créer sur la Toile une plate-forme mettant en valeur le patrimoine arboré, à savoir les Arbres Remarquables de Rixensart (1), et y éditer des notices illustrées (2) et didactiques

    constituer un groupe de membres et en éditer la liste (3)

    créer les conditions d’un partenariat durable ou agir en synergie avec les associations protectrices de la nature


    __________
    (1) Le site Internet de type ‘blog’ correspond parfaitement aux besoins éditoriaux et s’adapte à tous types d’écrans (ordinateur, tablette, portable). La gratuité de l’hébergement sur 'Skynet' est toutefois compensée par un bandeau publicitaire imposé en tête de blog.
    (2) ARBORESCENCE réserve la propriété intellectuelle des photos publiées sur son site aux photographes participants et interdit toute reproduction des photos y publiées, sauf autorisation écrite de l'auteur. Celle-ci peut être demandée par courriel via l’association. Cette dernière décline toute responsabilité quant à l'usage frauduleux qui pourrait être fait de ces photographies.
    (3) Le membre d’Arborescence s'intéresse au patrimoine arboré de Rixensart et souhaite rester informé. Il soutient et approuve les objectifs poursuivis par Arborescence et accepte que ses nom et prénom soient édités. Aucune cotisation n’est requise.

  • branche didactique

    Berna de Wilde d'Estmael

    identifier le patrimoine arboré

    rédiger des notices didactiques

    constituer un carnet d'adresses d’experts 

    proposer les candidats arbres au statut d’Arbre Remarquable

  • branche action

    Thierry Bennert

    tenir à jour (1) l’inventaire du patrimoine arboré de Rixensart, Genval et Rosières, principalement les « Arbres Remarquables » reconnus en tant que tels par la Wallonie (2)

    sensibiliser les membres à parrainer un ou plusieurs Arbres Remarquables

    coacher les parrains/marraines dans leur mission d’observation, d’étude, de photographie et de lanceur d’alerte

    agir auprès des autorités responsables dans le domaine de l’environnement et de l’aménagement du territoire, et en assurer le suivi.

     

    __________
    (1) Tous les Arbres Remarquables sur le territoire de Rixensart ont été officialisés le 13 août 1999, sauf un en 2003 et six en 2007
    (2) MONITEUR BELGE du 22 février 2013

  • qu'est-ce qu'un arbre ?

    Un arbre, c'est ...

     un végétal vivace, ligneux, rameux, atteignant au moins 7 m de hauteur et ne portant de branches durables qu'à une certaine distance du sol (Larousse)


     un végétal ligneux, de taille variable, dont le tronc se garnit de branches à partir d'une certaine hauteur (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)


     une plante ligneuse terrestre comportant un tronc sur lequel s'insèrent des branches ramifiées portant le feuillage dont l'ensemble forme le houppier, appelé aussi couronne (Wikipedia)


     une espèce végétale capable dans de bonnes conditions de croissance de pousser au moins à 5 m de hauteur (pour les pays en développement) ou 7 m (pour les pays développés) à l'état adulte, ce qui le distingue de l'arbuste dont la hauteur à maturité est comprise entre 0,5 et 5 ou 7 m, et qui n'a pas de couronne définie (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)(1).



    En fait, il n'existe pas de définition universelle de l'arbre. Botanistes, arboriculteurs et forestiers continuent encore de débattre à ce sujet …


    __________

    (1) Ainsi, la FAO inclut-elle dans les arbres les espèces non ligneuses : bambous, palmiers.

  • protéger notre patrimoine arboré

    Recommandations pour éviter les dégâts aux arbres (1)

     Prévoir un périmètre de protection de l'arbre. Clôture ou grillage à l'aplomb de la couronne.


     Eviter toute coupe ou élagage drastique. Si des branches sont jugées gênantes ou dangereuses, une taille préventive sera effectuée par des spécialistes.


     Préserver l'arbre des poussières, des fumées et fortes températures provoquées par les feux, ainsi que des gaz émanant de produits toxiques volatils.


     Ne jamais exposer brutalement l'arbre au vent et au soleil en modifiant subitement son environnement.


     Eviter toute pollution du sol par des matériaux ou produits nocifs. A entreposer hors des périmètres sensibles.


     Interdire toute circulation au pied des arbres. Dans les cas extrêmes, placer un dispositif permettant de répartir les charges.


     Ne pas modifier la structure et la nature du sol sans l'avis d'un spécialiste.


     Eviter les coups sur le tronc et l'arrachage des branches que pourraient provoquer les bras et pelles d'engins mécaniques


     Ne pas modifier le relief du sol (remblai ou déblai) sous la couronne de l'arbre.


     Proscrire tout dépôt de matériaux, même provisoire, sur le périmètre des racines.


     Interdire la coupe des racines et privilégier le forage dirigé plutôt que fouilles et tranchées.


     Ne pas modifier les conditions hydriques du sol. Dans les cas extrêmes, compenser par des arrosages fréquents.


    __________

    (1) WALLONIE, Préserver les arbres (dépliant de la Direction Générale de l'Aménagement du territoire et de la Direction générale des Ressources naturelles et de l'Environnement)

  • critères de reconnaissance

    Sont considérés comme Arbres Remarquables :

    les arbres en raison de leur valeur esthétique ou paysagère, à savoir les arbres isolés à haute tige ou les arbustes, d'au moins trente ans, dans les espaces ouverts, et les arbres corniers ou de limites

     les arbres qui ont fait l'objet d'une étude ou d'un écrit, et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres répertoriés dans l'ouvrage de Jean Chalon, intitulé « 1134 Arbres Remarquables de la Belgique » (Namur, 1902), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres répertoriés dans l'ouvrage de l'administration des eaux et forêts, intitulé « Arbres Remarquables de la Belgique » (Bruxelles, 1978), et dont mention est faite par avis publié au Moniteur belge

     les arbres classés ou faisant l'objet d'une procédure de classement, conformément à la loi du 7 août 1931 sur la conservation des monuments et des sites, modifiée par le décret du 28 juin 1976 du conseil de la Communauté française

     les arbres répertoriés, individuellement ou en groupe, sur des listes établies annuellement par communes à l'initiative des fonctionnaires délégués (1).

    Les Arbres Remarquables de Wallonie sont cartographiés ⤷ cliquez ici (2).

    __________

    (1) art. 266 du CWATUP, pour l'application de l'article 84 §1.11
    (2) Une légende spécifique et officielle existe. Il convient de distinguer un arbres isolé (symbolisé par un point) d'un groupe d'arbres (symbolisé par un triangle) ainsi qu'un alignement d'arbres (symbolisé par un trait discontinu).

  • candidats arbres remarquables

    ARBORESCENCE peut intervenir auprès des autorités communales ou wallonnes afin d'introduire une demande afin qu'un arbre exceptionnel ou un alignement d'arbres puisse figurer sur la liste officielle des Arbres Remarquables. Ces 'candidats Arbres Remarquables' doivent présenter un ou plusieurs des critères suivants :


     intérêt paysager

     intérêt historique

     intérêt dendrologique

     curiosité biologique

     taille exceptionnelle

     intérêt folklorique ou religieux

     repère géographique (limite, borne, ...)

     

    Les adhérents à l'association citoyenne ARBORESCENCE sont invités à formuler et à transmettre leurs propositions à ⤷ arborescence.rixensart@gmail.com.

  • législation

    Législation en matière de protection des Arbres Remarquables (infos non exhaustives et sous réserve de modification)


    PERMIS D'URBANISME | Conformément à l' Art. 84 § 1.11 du CWATUP , il est nécessaire d'obtenir préalablement auprès du Collège Communal, un permis d'urbanisme pour la modification de la silhouette ou l'abattage d'un arbre ou d'une haie remarquable. Cette volonté de protection a été renforcée par la circulaire ministérielle du 14/11/2008 qui fixe plusieurs recommandations pour la préservation de nos arbres et haies remarquables comme par exemple l'interdiction de bâtir à moins de 5m de l'aplomb de la couronne des arbres remarquables.


    INFRACTIONS | En cas de populistes pénales, le Ministère Public peut exiger la peine visée à l'Art. 154° du CWATUP ainsi que la remise en état des lieux comme précisé à l'Art. 155 § 2 du CWATUP. Néanmoins, conformément à l'Art. 155 § 6 du CWATUP, lorsque les actes et travaux exécutés ou maintenus en infraction sont susceptibles de recevoir le permis d'urbanisme requis, le Gouvernement ou le fonctionnaire délégué peut proposer, de commun accord avec le collège communal, la transaction visée à l'Art. 449 16° et 17° du CWATUP au contrevenant.


    DOMMAGES | En cas de dommages causés à un Arbre Remarquable, est établie une évaluation de la valeur d'agrément des arbres situés sur le domaine public en Wallonie (voir circulaire interne n° 2660 de la Wallonie, annexes 1 et 2). Par valeur d'agrément d'un arbre, on entend la valeur qui lui est attribuée conventionnellement tenant compte de ses fonctions esthétique, sociale, culturelle, biologique déterminantes par rapport à la seule fonction de production de bois, en référence au site occupé par lui. Par conséquent, la circulaire n° 2660, établie par la DNF – Direction des Espaces Verts en collaboration avec la Direction de l'intégration paysagère et du patrimoine du M.E.T., propose une méthode objective et appropriée permettant le calcul de l'indemnisation dont pourrait se prévaloir la Région Wallonne lorsque des dommages sont causés par des tiers aux arbres se trouvant sur le domaine public ou assimilé relevant de sa compétence.

  • un travail de titan

    histoires remarquablesL'histoire des Arbres Remarquables en Wallonie débuta par le recensement réalisé par deux fonctionnaires de la Région Wallonne. Dix ans durant, ils arpentèrent prairies, forêts, parcs et jardins à la recherche des Arbres Remarquables de la Région sur base de demandes émanant aussi bien des communes que de privés.

     

    Ce travail de titan permit de répertorier plus de 22.914 Arbres Remarquables, qu’ils soient isolés, en groupe ou alignés. Sur le territoire de Rixensart, ils sont disséminés sur 53 sites différents, la plupart ayant été 'observés' en 1997.

    Depuis, chacun d’eux dispose d’une fiche signalétique reprenant une description, la localisation, l’état sanitaire, les dimensions et l’intérêt qu’il présente (paysager, taille exceptionnelle, dendrologique, curiosité biologique, historique, folklorique/religieux, repère géographique).

    L'officialisation vint quand, le 8 janvier 2013, un Arrêté ministériel approuva les listes communales des Arbres  Remarquables. Il parut le 22 février 2013 au Moniteur belge.

    Ce travail représente un véritable outil pour la défense de notre patrimoine arboré remarquable, dorénavant protégé. En effet, toute modification de leur silhouette ou toute velléité d’abattage sont subordonnées à une autorisation délivrée par le Collège communal de Rixensart après consultation des services de la Division de la Nature et des Forêts.

    __________
    Liste des Arbres Remarquables répertoriés à Rixensart ⤷ cliquez ici.

  • l’héritage de Julia Hill

    histoires remarquablesAprès avoir visionné l’intéressante série « Histoires d’arbres » diffusée par ARTE (1), je retiens particulièrement l’histoire de l’américaine Julia Hill, rebaptisée par la presse 'Butterfly', qui a sauvé de la déforestation un Séquoia Remarquable vieux de plus de mille ans, situé dans le parc national de Redwood en Californie.

    En 1997, ce Séquoia géant, ainsi que d’autres séquoias de la même forêt, étaient menacés de destruction par la Compagnie Pacific Lumber. N’écoutant que son courage et très volontaire, Julia choisit de vivre durant 738 jours dans l’arbre qu’elle appela Luna, perchée à soixante mètres du sol, afin d’alerter le plus longtemps possible l’opinion publique. Ballotée jours et nuits sur sa plateforme par vents et tempêtes, accompagnée d’un téléphone et ravitaillée une fois par semaine, elle livra seule un vrai combat qui porta ses fruits puisque l’arbre fut sauvé ainsi que ceux qui l’entouraient sur cette colline. Interviewée après son exploit, elle affirma avec beaucoup d’émotion avoir eu difficile à revenir sur la terre ferme après avoir vécu sur ce Séquoia qui fut pour elle son meilleur ami et meilleur professeur.

    Je laisse parler Julia : « Pendant la tempête, je me crispais toute entière. Le vent hurlait, je prenais la neige et la grêle en pleine figure, je ne voulais pas mourir ! (...) Je me suis recentrée sur moi-même. J’ai pensé que la branche qui reste trop rigide se casse et tombe et qu’il faut savoir affronter la tempête de la vie (...). J’ai commencé à ressentir des moments de paix et de beauté et ces moments étaient incroyables (...). Je suis montée dans l’arbre, j’avais 23 ans, quand j’en suis descendue, j’en avais 26. J’avais l’impression d’avoir beaucoup vieilli , cela m’avait tellement transformée ! Ce jour-là, je me suis effondrée, je n’avais pas touché le sol depuis plus de deux ans. Grâce à beaucoup d’amour, d’implication et de courage, mon équipe et moi avions réussi ! »

    Quand elle vivait dans Luna, Julia s’est rendu compte que ses contemporains, - c’est-à-dire nous, devaient décider de l’héritage qu’ils laisseraient aux générations futures. Elle espère ainsi qu’elle aura, à sa façon, rendu le monde un peu meilleur.

    Berna de Wilde d’Estmael

    __________
    (1) ARTE télévision, Histoires d'arbres, décembre 2017
    (2) Photo par Thomas DeSoto | Couverture du livre "The Legacy of Luna"

  • la vie secrète des arbres, conte naturaliste ?

    histoires remarquables,la vie secrète des arbresTraduit en 32 langues, le livre 'La vie secrète des arbres' de Peter Wohlleben fait actuellement un tabac en librairie. ARBORESCENCE ne pouvait manquer de vous présenter ce conte naturaliste, qui invite le lecteur à une promenade inédite en forêt et à partager le bonheur que les arbres peuvent nous donner.

    Qui est l’auteur ? Peter Wohlleben a passé plus de vingt ans comme forestier en Allemagne. Il dirige maintenant une forêt écologique. Dans son livre, ce prodigieux conteur nous apprend comment s’organise la société des arbres et multiplie les anecdotes fascinantes pour nous faire partager sa passion des arbres. Pour l’auteur, les forêts ressemblent à des communautés humaines. Les ‘parents arbres’ vivent avec leurs ‘enfants arbres’ et les aident à grandir. Les arbres répondent avec ingéniosité aux dangers. Leur système radiculaire, semblable à un réseau internet végétal, leur permet de partager des nutriments avec les arbres malades mais aussi de communiquer entre eux. Et leurs racines peuvent perdurer plus de dix mille ans ….  (1).

    Pas à pas, comme un semeur de graines, Peter Wohlleben nous révèle le langage des arbres, capables de communiquer entre eux par les odeurs et par les signaux électriques qu’ils émettent, mais aussi par un étonnant réseau racinaire comparable à un 'Wood Wide Web', toile souterraine où s’échangent des informations sur les insectes environnants ou la sécheresse du sol. On y apprend comment les populations sylvestres mettent en place des stratégies collectives de défense contre leurs agresseurs, à l’image des acacias de la savane africaine dont les feuilles se gorgent de substances toxiques pour éloigner les girafes qui les broutent, en même temps que la libération d’un gaz avertisseur alerte leurs congénères du danger (2).

    Mais …. devons-nous pour autant prendre tout ce qui est écrit dans ce livre pour argent comptant ? La vérité est certainement plus nuancée. C’est ce que pense l’Académie d’Agriculture de France : L’auteur, forestier allemand, fait preuve de beaucoup de passion et d’un sens développé de la pédagogie. Il prend appui sur des observations qu’il a réalisées sur le terrain, souvent dans son ancien district forestier de l’Eifel (Rhénanie du nord – Westphalie), pour soulever de multiples questions pertinentes sur la vie des arbres au sein des forêts. Si son livre a toute sa valeur comme expression de la subjectivité militante d’une personne, il ne peut pas être considéré comme un ouvrage de vulgarisation scientifique (3). En effet, selon l’Académie d’Agriculture de France, nombre de réponses qu’il apporte prêtent malheureusement le flanc à la critique : sources absentes ou non vérifiables, extrapolations non justifiées, interprétations abusives et même erreurs manifestes.

    Ainsi, devant le succès du livre, plus de 4 500 signatures de 24 pays ont été recueillies pour une pétition en ligne qui rappelle les médias à accorder plus d'attention à l'examen critique de son contenu professionnel. L’Académie d’agriculture de France invite aussi les lecteurs de 'La vie secrète des arbres' à exercer pleinement leur esprit critique face au contenu de cet ouvrage. En total accord avec la position prise par de nombreux universitaires allemands, elle appelle les médias français à le soumettre à un large débat contradictoire donnant toute sa place à la communauté scientifique.

    L’Académie d’agriculture de France souligne enfin qu’il existe de nombreuses sources d’information de qualité sur les arbres et les forêts. Elle a elle-même entrepris la publication d’un ouvrage collectif en ligne destiné au grand public et fondé sur la littérature scientifique, intitulé 'La forêt et le bois en France en 100 questions', dont elle encourage la consultation (3).

    Que penser ? Devant l’enthousiasme des médias et des lecteurs, nous devons exercer pleinement l’exercice critique et espérer qu’un large débat contradictoire donnera toute sa place à la communauté scientifique. En attendant, 'La vie secrète des arbres' a le mérite de nous inviter à aimer la forêt et ses arbres, les comprendre et les respecter !

    Berna de WILDE d’ESTMAEL

    __________
    (1) SENS CRITIQUE, La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben, mars 2017
    (2) LE HIR Pierre, La Vie secrète des arbres, best-seller et leçon de bonheur, in Le Monde du 29 mai 2017
    (3) ACADÉMIE D’AGRICULTURE DE FRANCE, L’Académie se prononce sur le livre 'La vie secrète des arbres', 12 septembre 2017

  • arborescence

    organisation

    Association citoyenne créée le 25 novembre 2017 à la Sainte-Catherine, à l'occasion de la Fête de l'Arbre.

    cofondateurs

    Eric de Séjournet
    Thierry Bennert
    Berna de Wilde d'Estmael 

    contact ⤷ arborescence.rixensart@gmail.com