arbres remarquables

  • hêtres pleureurs

    7 Hêtres pleureurs (Arbres Remarquables) Villa Beau-Site Gneval 12.2013 © Frédéric Peetroons.jpg

    Fagus sylvatica Pendula | deux Hêtres pleureurs
    Genval | avenue des Combattants 14

    (devant la villa Beau-Site, Art nouveau géométrique)
    décembre 2013 © Frédéric Peetroons 

     

    2 arbres remarquables

    Genval | Domaine public | Site 7/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 55 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

    genval,arbres remarquablesgenval,arbres remarquables

    Fagus sylvatica Pendula | deux Hêtres pleureurs
    Genval | avenue des Combattants 14
    (devant la villa Beau-Site, Art nouveau géométrique)
    1920 coll. Cercle d'Histoire de Rixensart
    juin 2015 © Monique D'haeyere
    avril 2014 © Christian Petit
    juillet 2012 © Eric de Séjournet
    octobre 2009 © Dominique Mouvet
    décembre 2012 © Pierre Gheux

    genval,arbres remarquables

     

    hêtre pleureur

    Le Hêtre pleureur est une forme de Hêtre (1) à port pleureur. Cette variété européenne peut également être pourpre.

    Le Hêtre pleureur présente une couronne large et étalée, constituée de longs rameaux pendants qui peuvent aller jusqu'au sol. Sa vitesse de croissance est lente. Son exigence en luminosité pour un arbre adulte est demi-sciaphile. Il a des affinités avec tous les sols, même calcaires. Il résiste à la pollution (2).

    SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.


    HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897.JPG Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

    __________
    (1) ARBORESCENCE, Hêtre (Hêtre pourpre), rue de l’Eglise à Rixensart
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Hêtre pleureur
  • thuya géant zebrina

    rixensart,rue du monastère,arbres remarquables

    Thuja plicata Zebrina | Thuya géant Zebrina
    Rixensart | rue du Monastère 38

    arbre remarquable

    Rixensart | Domaine privé | Site 30/2 
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 43 (mesuré à la base) | Hauteur 20 m
    Intérêt taille et dendrologique | Situation : isolé, parc
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    thuya géant zebrina

    Le Cèdre de l'Ouest, le Thuya géant ou Thuya géant de Californie (Thuja plicata), est un conifère sempervirent de la famille des Cupressaceae, originaire de l’Amérique du Nord. Cette espèce est très cultivée comme arbre d'ornement, notamment dans les jardins sous forme de haies.

    Il peut atteindre 50 à 60 mètres de haut (7 mètres à 20 ans), avec un diamètre de tronc allant de trois à six mètres. L'arbre peut atteindre 300 à 700 ans. Son feuillage est formé de rameaux aplatis couverts de feuilles en forme d'écailles. Celles-ci sont disposées en paires opposées, les paires successives étant à 90° les unes des autres. Les rameaux sont verts au-dessus, et verts tachés de blanc en dessous. Les cônes de 15 à 20 mm de long sur 4 à 5 mm de large, sont élancés et formés d’écailles imbriquées (1).

    Quant au Thuya géant 'Zebrina', il présente un port pyramidal large et régulier. Son feuillage est panaché de jaune, très lumineux au printemps et en été, moins coloré en hiver.

    rixensart,rue du monastère,arbres remarquables

    Exemple | Thuya géant Zebrina
    Botanical Garden, Seattle WA

    © Carl S. English (Growin's)

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Thuya géant Zebrina
  • chêne pédonculé

    rosières,arbres remarquables,rue de malaise

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Rosières | rue de Malaise
     février 2014 © Christian De Ceuninck (Objectif Rixensart)  

    arbre remarquable

    Rosières | Domaine non déterminé | Site 45/1
    État sanitaire 4 | Arbre présentant des malformations ou troubles de la croissance ne mettant pas en cause sa stabilité ni sa longévité de tout ou partie
    Circonférence 2 m 83 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager et repère géographique | Situation : isolé, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

     

    rosières,arbres remarquables,rue de malaise

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Rosières | rue de Malaise
     mai 2010 © Christiane Boehm
    octobre 2011 © Bruno Marchal

    Chêne pédonculé Rue de Malaise à Rosières carte.jpg

      

    chêne pédonculé

    Le chêne pédonculé est une espèce d'arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

    Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies. 

    Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

    Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets. 

    Espèce monoïque, la floraison a lieu d'avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s'ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

    SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes 'chêne' et 'force' se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
    Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
    1885, Gera, Germany

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Chêne pédonculé
  • tilleuls de hollande

    rixensart,avenue de montalembert,arbres remarquables

    Tilia x europaea | trente-deux Tilleuls de Hollande
    Rixensart | avenue de Montalembert

    (de part et d'autre de l'avenue)
    octobre 2010 © Eric de Séjournet 

     

    32 arbres remarquables

    Rixensart | Domaine public | Site 25/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 1 m 50 | Hauteur 25 m
    Intérêt paysager | Situation : alignement, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    25:1 Trente-deux Tilleuls de Hollande Avenue de Montalembert montage.jpg

    Tilia x europaea | trente-deux Tilleuls de Hollande
    Rixensart | avenue de Montalembert
    octobre 2015 © Monique D'haeyere
    novembre 2013 © Monique D'haeyere
    janvier 2009 © Eric de Séjournet

    rixensart,avenue de montalembert,arbres remarquables

     

    tilleul

    Le nom botanique du genre Tilia regroupe les tilleuls, des arbres sauvages et ornementaux dont les fleurs odorantes et les bractées sont utilisées en infusions apaisantes et calmantes. Ils sont plantés surtout dans les parcs, le long des avenues et sur les places publiques pour leur port et l'ombrage qu'ils fournissent, mais peuvent également se rencontrer en forêt, particulièrement dans les régions calcaires.

    Les tilleuls sont des arbres à croissance rapide, à cime ovoïde, très rameuse, pouvant atteindre 1,50 m de haut, aux branches assez largement étalées. Le tronc présente une écorce d'abord grise et lisse, puis marquée de fines gerçures longitudinales assez écartées. Chez les sujets très âgés, il peut prendre un aspect aussi crevassé que celle d'un chêne. Les rameaux lisses, glabres et luisants, sont souvent rougeâtres. Les feuilles, caduques, simples, alternes, distiques, généralement asymétriques et en forme de cœur (cordiformes) forment un feuillage dense. Les bourgeons ovoïdes, globuleux, écartés du rameau, rougeâtres.

    Les fleurs sont hermaphrodites, étant donc à la fois de sexe féminin et masculin. À cinq sépales et cinq pétales libres de couleur blanc jaunâtre, avec de nombreuses étamines. Les fruits présentent les caractéristiques de petites capsules sèches et globuleuses. Ils renferment une ou deux graines.

    tilleul de Hollande

    Le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos Scop.) est une espèce des régions tempérées d'Europe, souvent plantée comme arbre d’alignement.

    En Basse-Bavière, un tilleul à grandes feuilles domine la place du village de Ried. Cet arbre est probablement le champion de son espèce. Pendant plus d'un siècle cet arbre porta le nom de Wolframslinde (1), du nom du troubadour auteur de la version originale allemande de Parzival. Selon l'estimation des historiens, cet arbre aurait mille ans. Il semble que ce soit là un maximum, le bois de tilleul étant trop tendre pour être résistant. Toutefois, il possède une capacité de régénération importante qui lui permet de rétablir une tête arrachée par une tempête. La majorité des tilleuls ne dépassent guère 400 ans, et les tilleuls à grandes feuilles semblent être les plus résistants (2).

    SYMBOLIQUE | protecteur, symbole d'amitié et de fidélité mais aussi d'amour conjugal. 

     

    Tilia grandifoliata  Tilleul à grandes feuilles 1796 Ed. Deutschlands Flora un Abbildungen Johann Georg Sturm Pinxit Jacob Sturm.jpg

    STURM Jacob pinxit, Ed. Deutschlands Flora und Abbildungen, 1796

    __________
    (1) Tilleul de Wolfram
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Tilleul de Hollande
  • chêne pédonculé

     genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | val de la Rivière, 18
     octobre 2015 © François Schwind  

    arbre remarquable

    Genval | Domaine privé | Site 4/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 22 | Hauteur 21 m
    Intérêt : taille exceptionnelle & paysager | Situation : isolé/urbain 
    Année d'observation 2004 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | val de la Rivière, 18
     juin 2008 © Eric de Séjournet
    juin 2008 © Eric de Séjournet 
    octobre 2009 © Eric de Séjournet 
    avril 2009 © Eric de Séjournet  

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

      

    chêne pédonculé

    Le chêne pédonculé est une espèce d'arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

    Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies. 

    Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

    Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets. 

    Espèce monoïque, la floraison a lieu d'avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s'ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

    SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes 'chêne' et 'force' se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
    Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
    1885, Gera, Germany

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Chêne pédonculé
  • charmes communs

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    Six sujets restant d'une vieille charmille
    entourant la Chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours
     avril 2014 © Eric de Séjournet  

    6 arbres remarquables

    Rosières | Domaine public | Site 46/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 10 | Hauteur 22 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux | Situation : groupe, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013


    HISTORIQUE DU CLASSEMENT | Par Arrêté Royal du 2 décembre 1959 (1) est classé comme site, en raison de sa valeur esthétique, l’ensemble formé par la vieille chapelle et les arbres qui l’entourent, à la jonction des rues de Bruxelles et du Tilleul, à Rosières-Saint-André, section A, partie du n° 30a (partie de 1 Ha. 30 a. 40 ca.), propriété de Hollickx Marguerite, veuve de Jean Jacqmotte, née à Ixelles le 31 juillet 1880.

    Les restrictions à apporter au droit de la commune-propriétaire et que commande la sauvegarde de l’intérêt national, sont les suivantes. Interdiction, sauf autorisation accordée conformément aux dispositions de l’article 6 de la loi précitée

    - de faire disparaître l’ensemble comprenant la chapelle et les arbres qui l’entourent, ou de le modifier
    - d’élaguer les arbres autrement que pour l’ensemble et dans des proportions normales
    - d’appliquer contre les murs de la chapelle toute plaque commémorative ou autre inscription
    - d’attacher du fil de fer aux arbres, dans le but de clôturer le lieu

    Signé : Baudouin

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    1985 © Narcisse Poplemont pinxit
    juillet 2017 © Monique D'haeyere
    janvier 2013 © Eric de Séjournet

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

      

    charme commun

    Les charmes constituent un genre d’arbres et d'arbustes de la famille des Bétulacées. Ce genre (Carpinus) compte une trentaine d’espèces des régions tempérées de l’hémisphère nord, d'Asie mineure et d’Europe. Une forêt constituée principalement de charmes est appelée une charmaie ou une charmeraie. Le mot charme est issu du latin carpĭnus « charme commun ».

    Les charmes sont des arbres pouvant mesurer jusqu'à 25 mètres, à feuilles marcescentes, alternes, petites, simples, avec le bord du limbe finement denté. L'écorce de l'arbre est foncée et souvent grise. Elle est quelquefois marron.

    Les fleurs sont regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent.

    La plus grande charmeraie naturelle d'Europe est la Forêt de la Hardt qui occupe l'est de la région mulhousienne.

    Le charme commun, d’origine européenne, qui supporte bien la taille est fréquemment planté comme arbre d'ornement dans les parcs et jardins, et pour constituer des allées (charmilles) et des haies (2).

    SYMBOLIQUE | la loyauté, la fidélité et la droiture.

     

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland,
    Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany


    __________

    (1) MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE, Administration des Arts, des Lettres et de l’Education populaire (Ministre Charles Moureaux), Arrêté Royal fait à Bruxelles le 2 décembre 1950
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Charme commun
  • hêtres pourpres

    Hêtres pourpres rue de l'Eglise Monument Comte Félxi de Merode 11.2017 © Eric de Séjournet LR.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | rue de l'Eglise

    à l'arrière du monument au Comte Félix de Merode
    novembre 2017 © Eric de Séjournet 

     

    2 arbres remarquables

    Rixensart | Propriétaire commune de Rixensart (1) | Site 42/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 30 | Hauteur 25 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux | Situation : groupe, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

    42 1 Hêtres pourpres Monument de Merode montage 2.jpg

    Fagus sylvatica purpurea | deux Hêtres pourpres
    Rixensart | rue de l'Eglise

    1953 coll. Jean-Claude Renier
    août 2014 © Monique D'haeyere
    octobre 2015 © Eric de Séjournet
    octobre 2015 © Monique D'haeyere  
     

    42:1 Rue de l'Eglise Rixensart.jpg
     

    hêtre

    Le hêtre commun (Fagus sylvatica) est une espèce d’arbre à feuilles caduques, indigène d’Europe, appartenant à la famille des Fagaceae, tout comme le chêne et le châtaignier.

    C’est un grand arbre. Sur les sols de bonne fertilité, il peut s'élever facilement jusqu'à 25 à 35 m de hauteur et la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 1,80 m chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu'à 45,5 m de hauteur.

    Le hêtre commun se reconnaît à son écorce mince et lisse qui persiste ainsi tout au long de la vie de l'arbre. La surface du tronc est régulière. Elle devient légèrement rugueuse (présence de petites fissures) chez les vieux sujets.

    Les feuilles alternes sont entières et simples, de forme ovale à obovale, longues de 6 à 10 cm et larges de 4 à 7 cm, brillantes et légèrement coriaces.

    Le feuillage est fréquemment marcescent : des feuilles mortes restent attachées aux branches pendant une partie plus ou moins longue de l'hiver. Le phénomène affecte surtout les jeunes arbres. Chez des arbres plus développés, ce sont les parties basses et abritées qui gardent leurs feuilles, alors que les houppiers ont souvent été dégarnis dès les premiers vents d’automne (2).

    SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.

    hêtre pourpre

    Le hêtre pourpre (Fagus sylvatica f. purpurea (Aiton) C.K.Schneid) fut découvert en plusieurs endroits, dès 1680 près de Zurich, puis en Thuringe ou dans le Tyrol. On peut trouver des semis à l'état disséminé dans les hêtraies. Il connaît un succès constant comme grand arbre d'ornement. La feuille présente une couleur pourpre à cause d'une teneur élevée en anthocyanidine qui masque la teinte verte de la chlorophylle (2).


    HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897.JPG Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

    __________
    (1) COLLÈGE COMMUNE DE RIXENSART, septembre 2017

    (2) Notice didactique | Wikipedia

  • platane commun

    Platane commun avenue du Lac Genval © Monique D'haeyere 0.jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac

    À côté du n° 96 (restaurant "Le Shangri-La du lac)
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 

     

    arbre remarquable

    Genval | Propriétaire non déterminé | Site 16/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 45 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    Platane commun AR avenue du Lac Genval montage (1).jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    mars 2012 © Eric de Séjournet
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    juin 2009 © Eric de Séjournet
     

    16:1 Platane commun avenue du Lac Genval carte légende.jpg


    platane commun


    Le Platane commun (Platanus x acerifolia) est une espèce hybride entre le platane d'Occident (Amérique du Nord) et le platane d'Orient (ouest de l'Asie, sud est de l'Europe), à fertilité très faible (seule une infime partie des graines peuvent germer), apparu au cours du XVIIIème siècle en Europe.

    Cette espèce est couramment utilisée comme arbre d'ornement et d'alignement le long des rues. Le terme 'platane' a été emprunté, via le latin, au nom grec de l'arbre, platanos, de platus, large, en référence à l'ampleur du houppier.

    Sa durée de vie est estimée à un millier d’années maximum. Sa taille maximale connue est de 55 m (le Platane 'Tête de méduse' du château des Bruyères à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard)(1).

    Port : houppier large.

    Son tronc est droit, pouvant atteindre un diamètre impressionnant avec l'âge. Son feuillage est caduc. Grandes feuilles (20 cm) alternes à 3 ou 7 lobes peu dentés. Les jeunes pousses sont couvertes de poils marron qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l'année passée (en avril). Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles. Les fleurs sont unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d'un long pédoncule. Les fruits sont des petits akènes entourés d'un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules qui persistent longtemps après la chute des feuilles.

    Situé sur l'île grecque de Cos, l’Arbre d'Hippocrate (2) est un platane d'Orient sous lequel, selon la légende, Hippocrate aurait enseigné à ses élèves la médecine. Avec un tronc d'une circonférence d'environ 12 m, cet arbre est réputé être le plus grand platane d’Europe (3). 

    SYMBOLIQUE | la régénération.

     

    Platane commun Fig. 344 from E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900 (1).jpg 

    E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900

    __________
    (1) Tête de méduse
    (2) Arbre d'Hippocrate
    (3) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Platane commun
  • châtaignier commun

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | rue du Plagniau (au milieu du rond-point)

    avril 2011 © Eric de Séjournet 

     

    arbre remarquable

    Rixensart | Domaine public | Site 24/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 75 | Hauteur 26 m
    Intérêt paysager & taille exceptionnelle | Situation : isolé, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

    rixensart,rue du plagniau,plagniau,arbres remarquables

    Castanea sativa | Châtaignier commun
    Rixensart | rue du Plagniau (au milieu du rond-point)
    juin 2013 © Ges Terzo 
    août 2011 © Denisa Vlaicu
    mars 2009 © Eric de Séjournet

    rixensart,rue du plagniau,châtaignier commun

     

    châtaignier commun


    Le châtaignier ou châtaignier commun (Castanea sativa Mill.) est un arbre à feuilles caduques de la famille des fagacées. Il produit des fruits : les châtaignes. Lorsqu'il est en nombre sur un territoire délimité, il forme une châtaigneraie. Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. La longévité d'un châtaignier est très grande et peut dépasser le millénaire, comme celui des Cent chevaux (1) situé sur la commune de Sant'Alfio en Sicile (sur les pentes de l'Etna). Il atteindrait un âge estimé entre 2000 et 4000 ans.

    L’écorce jeune est lisse et de couleur brun verdâtre, puis devient brun foncé avec le rhytidome qui se fissure longitudinalement. Avec l'âge, le tronc a tendance à devenir creux. Ses grandes feuilles caduques vert luisantes dessus sont de forme oblongue-lancéolée aiguë, aux bords en dents de scie et pétiole court. Elles sont disposées en spirale et peuvent mesurer jusqu'à 25 cm de long sur 4 à 8 cm de large.

    Cet arbre monoïque à croissance sympodiale fleurit de la mi-juin à la mi-juillet (les fleurs étant des chatons cylindriques jaune pâle). On ramasse ou récolte les châtaignes à partir du mois d'octobre.

    Il est assez rustique face au froid hivernal mais il supporte mal les gelées tardives, car le débourrement des bourgeons au printemps est précoce, d'où sa rareté sous les climats à continentalité marquée. Il s'est donc surtout développé dans les climats doux et humides d'Europe de l'Ouest. Du fait de ses origines para-méditerranéennes il peut supporter des sécheresses estivales, à condition que le cumul annuel des précipitations soit élevé pour que les réserves en eau du sol soient suffisantes (2).

    SYMBOLIQUE | la vérité, la vigueur, la générosité et la justice.

     

    rixensart,rue du plagniau

    Prof. Dr. Otto Willem Thomé, Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, 1885

    __________
    (1) Cent Chevaux
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Châtaignier commun