genval

  • hêtres pleureurs

    7 Hêtres pleureurs (Arbres Remarquables) Villa Beau-Site Gneval 12.2013 © Frédéric Peetroons.jpg

    Fagus sylvatica Pendula | deux Hêtres pleureurs
    Genval | avenue des Combattants 14

    (devant la villa Beau-Site, Art nouveau géométrique)
    décembre 2013 © Frédéric Peetroons 

     

    2 arbres remarquables

    Genval | Domaine public | Site 7/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 55 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

    genval,arbres remarquablesgenval,arbres remarquables

    Fagus sylvatica Pendula | deux Hêtres pleureurs
    Genval | avenue des Combattants 14
    (devant la villa Beau-Site, Art nouveau géométrique)
    1920 coll. Cercle d'Histoire de Rixensart
    juin 2015 © Monique D'haeyere
    avril 2014 © Christian Petit
    juillet 2012 © Eric de Séjournet
    octobre 2009 © Dominique Mouvet
    décembre 2012 © Pierre Gheux

    genval,arbres remarquables

     

    hêtre pleureur

    Le Hêtre pleureur est une forme de Hêtre (1) à port pleureur. Cette variété européenne peut également être pourpre.

    Le Hêtre pleureur présente une couronne large et étalée, constituée de longs rameaux pendants qui peuvent aller jusqu'au sol. Sa vitesse de croissance est lente. Son exigence en luminosité pour un arbre adulte est demi-sciaphile. Il a des affinités avec tous les sols, même calcaires. Il résiste à la pollution (2).

    SYMBOLIQUE | la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité.


    HÊTRE COMMUN Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897.JPG Franz Eugen Köhler, Köhler’s medizinal-Pflanzen, 1897

    __________
    (1) ARBORESCENCE, Hêtre (Hêtre pourpre), rue de l’Eglise à Rixensart
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Hêtre pleureur
  • tilleul argenté pleureur

    genval,clos du bocage

    Tilia petiolaris | Tilleul argenté pleureur
    Genval | clos du Bocage 9

    arbre remarquable

    Genval | Domaine privé | Site 12/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 60 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, parc
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    tilleul

    Le nom botanique du genre Tilia regroupe les tilleuls, des arbres sauvages et ornementaux dont les fleurs odorantes et les bractées sont utilisées en infusions apaisantes et calmantes. Ils sont plantés surtout dans les parcs, le long des avenues et sur les places publiques pour leur port et l'ombrage qu'ils fournissent, mais peuvent également se rencontrer en forêt, particulièrement dans les régions calcaires.

    Les tilleuls sont des arbres à croissance rapide, à cime ovoïde, très rameuse, pouvant atteindre 1,50 m de haut, aux branches assez largement étalées. Le tronc présente une écorce d'abord grise et lisse, puis marquée de fines gerçures longitudinales assez écartées. Chez les sujets très âgés, il peut prendre un aspect aussi crevassé que celle d'un chêne. Les rameaux lisses, glabres et luisants, sont souvent rougeâtres. Les feuilles, caduques, simples, alternes, distiques, généralement asymétriques et en forme de cœur (cordiformes) forment un feuillage dense. Les bourgeons ovoïdes, globuleux, écartés du rameau, rougeâtres.

    Les fleurs sont hermaphrodites, étant donc à la fois de sexe féminin et masculin. À cinq sépales et cinq pétales libres de couleur blanc jaunâtre, avec de nombreuses étamines. Les fruits présentent les caractéristiques de petites capsules sèches et globuleuses. Ils renferment une ou deux graines.

     

    tilleul argenté pleureur

    Le Tilleul argenté pleureur ou Tilleul de Hongrie (Tilia petiolaris) est une espèce d'arbre originaire du Proche-Orient et de l’Asie Mineure appartenant à la famille des Tiliaceae. Cette espèce produit de grands arbres à port arrondi pouvant atteindre 30-35 m de haut, avec les jeunes rameaux duveteux.

    Ses feuilles aux nervures marquées sont caduques, simples, cordiformes dentées et longuement pétiolées. Elles sont de couleur vert sombre au revers feutré de blanc argenté en été et prennent une belle coloration jaune doré en automne.

    La floraison donne des grappes de fleurs jaune pâle, parfumées, très abondantes en juillet-août. Il aime tous les sols profonds, bien drainés et frais.

    Il supporte bien la sécheresse mais pas le gel. C'est une espèce à croissance rapide sous climat tempéré qui supporte bien la taille. Sa floraison abondante en fait une plante mellifère remarquable et son feuillage un arbre d’ornementation apprécié dans les parcs. Les propriétés médicinales de ses fleurs sont connues depuis longtemps en phytothérapie. Son bois léger quant à lui est apprécié des sculpteurs (1).

    genval,clos du bocageLe tilleul à feuille argentée représente-t-il un vrai danger pour les abeilles et les bourdons ? Pour Pierre Rasmont, professeur de zoologie à l'université de Mons, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Partout, nous explique-t-il, au moment de la floraison, nous constatons que ces insectes meurent au pied de ces arbres. Ce sont des colonies entières qui disparaissent, mais à ce jour, les scientifiques ignorent quel est l'agent toxique qui provoque la mort des abeilles et des bourdons. Le problème est tel que dans certaines régions d'Europe, c'est-à-dire en Autriche ou dans certains länder allemands, on a carrément interdit la plantation de tilleuls argentés dans les aménagements urbains. Chez nous, il n'en est rien (2). Selon la Société Nationale d’Horticulture de France la toxicité du nectar de Tilleul argenté sur les abeilles serait lié à certains hybrides du Tilia argentea. Il semblerait que cela soit lié à la présence d’un sucre mannose qui aurait un effet accumulateur et narcotique sur les butineuses (3). Plantons donc plutôt un Tilleul indigène qui, lui, ne tue ni les abeilles, ni les bourdons.

    genval,clos du bocage

    Exemple | Tilleul argenté pleureur photographié dans le Parc de Mariemont (Morlanwez)
    2007 © Jean-Paul Grandmont

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia
    (2) LENAERTS Christine, Le tilleul argenté tueur d’abeilles ? in RTBF (On n’est pas des pigeons), 28 avril 2016, mis à jour 2 mai 2016
    (3) SOCIÉTÉ NATIONALE D’HORTICULTURE DE FRANCE, Le pollen du tilleul argenté est-il nocif pour les abeilles ?, in Le Figaro, 29 juin 2015, mise à jour le 18 mars 2016

    ARBORESCENCE | Tilleul argenté pleureur
  • chêne pédonculé

     genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | val de la Rivière, 18
     octobre 2015 © François Schwind  

    arbre remarquable

    Genval | Domaine privé | Site 4/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 22 | Hauteur 21 m
    Intérêt : taille exceptionnelle & paysager | Situation : isolé/urbain 
    Année d'observation 2004 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Genval | val de la Rivière, 18
     juin 2008 © Eric de Séjournet
    juin 2008 © Eric de Séjournet 
    octobre 2009 © Eric de Séjournet 
    avril 2009 © Eric de Séjournet  

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

      

    chêne pédonculé

    Le chêne pédonculé est une espèce d'arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

    Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies. 

    Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

    Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets. 

    Espèce monoïque, la floraison a lieu d'avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s'ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

    SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes 'chêne' et 'force' se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
    Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
    1885, Gera, Germany

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Chêne pédonculé
  • platane commun

    Platane commun avenue du Lac Genval © Monique D'haeyere 0.jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac

    À côté du n° 96 (restaurant "Le Shangri-La du lac)
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 

     

    arbre remarquable

    Genval | Propriétaire non déterminé | Site 16/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 3 m 45 | Hauteur 28 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013

     

    Platane commun AR avenue du Lac Genval montage (1).jpg

    Platanus x acerifolia | Platane commun
    Genval | avenue du Lac
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    mars 2012 © Eric de Séjournet
    printemps 2009 © Monique D'haeyere 
    juin 2009 © Eric de Séjournet
     

    16:1 Platane commun avenue du Lac Genval carte légende.jpg


    platane commun


    Le Platane commun (Platanus x acerifolia) est une espèce hybride entre le platane d'Occident (Amérique du Nord) et le platane d'Orient (ouest de l'Asie, sud est de l'Europe), à fertilité très faible (seule une infime partie des graines peuvent germer), apparu au cours du XVIIIème siècle en Europe.

    Cette espèce est couramment utilisée comme arbre d'ornement et d'alignement le long des rues. Le terme 'platane' a été emprunté, via le latin, au nom grec de l'arbre, platanos, de platus, large, en référence à l'ampleur du houppier.

    Sa durée de vie est estimée à un millier d’années maximum. Sa taille maximale connue est de 55 m (le Platane 'Tête de méduse' du château des Bruyères à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard)(1).

    Port : houppier large.

    Son tronc est droit, pouvant atteindre un diamètre impressionnant avec l'âge. Son feuillage est caduc. Grandes feuilles (20 cm) alternes à 3 ou 7 lobes peu dentés. Les jeunes pousses sont couvertes de poils marron qui restent un certain temps sur les feuilles, se mêlant aux graines poilues qui se libèrent des fruits de l'année passée (en avril). Les feuilles sont grandes, coriaces, difficilement putrescibles. Les fleurs sont unisexuées, réunies en capitules sphériques pendant au bout d'un long pédoncule. Les fruits sont des petits akènes entourés d'un duvet qui facilite la dissémination par le vent. Ils sont groupés en boules ou glomérules qui persistent longtemps après la chute des feuilles.

    Situé sur l'île grecque de Cos, l’Arbre d'Hippocrate (2) est un platane d'Orient sous lequel, selon la légende, Hippocrate aurait enseigné à ses élèves la médecine. Avec un tronc d'une circonférence d'environ 12 m, cet arbre est réputé être le plus grand platane d’Europe (3). 

    SYMBOLIQUE | la régénération.

     

    Platane commun Fig. 344 from E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900 (1).jpg 

    E. Gilg and K. Schumann, Das Pflanzenreich. Hausschatz des Wissens, ca. 1900

    __________
    (1) Tête de méduse
    (2) Arbre d'Hippocrate
    (3) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Platane commun
  • marronnier d'inde, l'âme de la place communale

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    Aesculus hippocastanum | Marronnier d'Inde (souffrant de chancre bactérien)
    Genval | Place communale
    août 2015 © Guy Van Roy 

     

    arbre remarquable disparu

    Genval | Domaine public | Site 16/1
    État sanitaire 6 | Arbre présentant des malformations ou troubles de la croissance ne mettant pas en cause sa stabilité ni sa longévité de tout ou partie
    Circonférence 2 m 57 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager | Situation : isolé, urbain
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013
    Causes disparition | chancre bactérien (1), tempête (après le 18 novembre 2015)
    Remplacé par un Érable le 9 décembre 2015

     

    Riverain de la Place communale, Guy Van Roy écrivit à la fin de l'été 2015 : Tu as toujours été là. Pour tous les Genvalois tu représentes l’âme de « la place », dont tu es sans doute le plus vieux des habitants.

    Que de choses ne pourrais-tu nous raconter : le démantèlement du kiosque dont une pâle copie a pris la succession dans le parc de la Maison Communale, la destruction de l’ancienne église et son remplacement par un édifice « contemporain », les parties féroces de balle-pelote dont les règles parfois ésotériques débouchaient sur des empoignades vite noyées au café du coin, les survols de pigeons revenant au village après le concours dominical …

    Mariages, enterrements, baptêmes et communions : ce sont des générations que tu as vu défiler sous le porche de l’église. Sous ta ramure, tu as abrité les amourettes naissantes des élèves de l’école toute proche et assisté stoïque aux cérémonies annuelles au monument aux morts que tu surplombes.

    Le mois de mai te voyait orné de centaines de fleurs blanches, la rentrée des classes était synonyme de récolte de marrons qui remplissaient les poches des enfants du coin. Mais cette année, tu n’as plus fleuri, et c’est à peine si quelques petites feuilles ont encore tenté de verdir tes extrémités. Es-tu devenu trop vieux, est-ce le réchauffement climatique, la pollution, les effluves de la friterie toute proche ou les ravages causés par la mineuse du marronnier, petit papillon à la chenille dévastatrice … en ce bel été, tu ne ressembles déjà plus qu’à un arbre en plein hiver!

    Tes jours sont sans doute comptés, et certains supputent déjà sur « ce qu’on va mettre pour le remplacer ».

    Reste encore un peu, on t’aimait bien, tu sais !

     

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    Aesculus hippocastanum | Marronnier d'Inde
    Genval | Place communale

    1945 coll. Monique D'haeyere
    avril 2010 © Monique D'haeyere

    avril 2014 © Christian Petit
    juin 2011 © Monique D'haeyere
    18 novembre 2015 (après une tempête) © Guy Van Roy

     

    Le sort s'acharna sur le destin du Marronnier d'Inde de la Place communale de Genval. Dans la nuit du 17 au 18 novembre 2015, cet Arbre Remarquable fut touché par une tempête automnale. Il fut abattu et remplacé par un Érable le 9 décembre 2015. 

    genval,place communale,arbres remarquables disparus

    décembre 2015 | Un Érable remplace désormais le vieux Marronnier d'Inde
    photo © Guy Van Roy

    __________
    (1) Le chancre bactérien ou dépérissement du marronnier est une maladie émergente, probablement multifactorielle, présentant les caractères d'une épidémie. Elle décime localement les marronniers de plusieurs espèces dans certains parcs et jardins. Aucun traitement n'existe. Il est recommandé de ne pas replanter des marronniers là où d'autres sont morts peu avant, l'expérience montrant qu'ils tombent malades en quelques années (2).
    (2) REMUE Bernard (Échevin des travaux), in Rixensart Info 274, septembre 2015