rosières

  • ifs communs

    rosières,avenue du panorama

    Taxus baccata | six Ifs communs
    Rosières | rue du Panorama 8

     

    6 arbres remarquables

    Rosières | Domaine privé | Site 51/5
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 1 m 20 | Hauteur 13 m
    Intérêt paysager | Situation : groupe, parc
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

    rosières,avenue du panorama

    Exemple | If commun
    Jardin du Pré-Catelan 
    (Parc botanique du Bois de Boulogne, Paris)

    avril 2007 © Liné 1 (Wikipedia)

     

    if commun

    L’If commun est une espèce de conifères de la famille des Taxaceae. Très longévif, poussant lentement, c’est un arbre qui se prête bien à la taille. Il est parfois appelé if à baies. Un peuplement d'ifs est appelé 'ivaie'. Ces peuplements sont devenus rares. Ils sont protégés au titre d'habitat prioritaire en Europe. L'If a longtemps été un symbole de mort :

    - très toxique (selon certains auteurs, il était utilisé comme poison de flèches pendant la Préhistoire)

    - arbre des cimetières (depuis les Gallois, pour qui il était sacré, il assurait le lien entre les vivants et les morts).

    Il n'existe plus de forêts d'Ifs en Europe alors qu'il devait y en avoir de très vastes dans l’Ouest de la France. Leur disparition s'explique par plusieurs raisons:

    - les Ifs étaient souvent arrachés car très toxiques pour le bétail

    - les forêts auraient été décimées pour fabriquer des arcs, aussi bien chez les Grecs que chez les Gaulois, ainsi qu'au Moyen Âge lors des guerres franco-anglaises (notamment la guerre de Cent ans)

    - le bois d'if (dur et homogène) a été très utilisé en ébénisterie et en marqueterie.

    L'If peut atteindre 25 mètres de haut, mais la plupart des individus sont généralement plus petits. La forme est variable avec une cime irrégulière et un tronc court et noueux d'où partent des branches à quelques centimètres du sol. Les formes en buisson sont également fréquentes. L'écorce de l'arbre va du brun à un brun rougeâtre (parfois très foncé voire pourpre). L'écorce est assez fine et se détache généralement en fines écailles. Les feuilles sont des aiguilles souples, plates de couleur vert foncé dessus et vert plus clair dessous. Elles mesurent généralement entre 20 et 35 mm. Les aiguilles sont insérées en spirale autour des pousses (1).

    rosières,avenue du panoramaToutes les parties de l'arbre, sauf l'arille rouge entourant la graine, sont très toxiques voire mortelles car elles contiennent des alcaloïdes (taxine) (1).

     

    rosières,avenue du panorama

    CHRIZZ (Christer Johansson), Commonswiki, 2005

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | If commun
  • chêne pédonculé

    rosières,arbres remarquables,rue de malaise

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Rosières | rue de Malaise
     février 2014 © Christian De Ceuninck (Objectif Rixensart)  

    arbre remarquable

    Rosières | Domaine non déterminé | Site 45/1
    État sanitaire 4 | Arbre présentant des malformations ou troubles de la croissance ne mettant pas en cause sa stabilité ni sa longévité de tout ou partie
    Circonférence 2 m 83 | Hauteur 19 m
    Intérêt paysager et repère géographique | Situation : isolé, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013 

     

    rosières,arbres remarquables,rue de malaise

    Quercus robur | Chêne pédonculé
    Rosières | rue de Malaise
     mai 2010 © Christiane Boehm
    octobre 2011 © Bruno Marchal

    Chêne pédonculé Rue de Malaise à Rosières carte.jpg

      

    chêne pédonculé

    Le chêne pédonculé est une espèce d'arbres à feuillage caduc originaire des régions tempérées d'Europe, appartenant à la famille des Fagacées. Son fruit est porté par un long pédoncule. Ses caractères distinctifs principaux sont ses feuilles presque sessiles avec deux oreillettes à la base du limbe, et ses glands groupés.

    Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies. 

    Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages. Il se divise en grosses branches tortueuses pour former le houppier.

    Les feuilles caduques sont alternes et simples, souvent groupées en bouquets. 

    Espèce monoïque, la floraison a lieu d'avril à mai, avant la feuillaison. Les chatons s'ouvrent en avril-mai. La fructification a lieu tous les deux ou trois ans, à partir de 60 ans. Les fruits sont des glands ovoïdes, tronqués à la base, glabres, brun clair à foncé. Ils sont souvent groupés par 3 sur un long pédoncule fin de 4 à 10 cm (1).

    SYMBOLIQUE | En tout temps et en tout lieu, le Chêne est synonyme de force, de majesté et de solidité. Les termes 'chêne' et 'force' se traduisent en latin par le même mot : robur, symbolisant autant la force morale que physique.

    genval,val de la rivière,manteline,vallée de la lasne

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé
    Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz
    1885, Gera, Germany

    __________
    (1) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Chêne pédonculé
  • charmes communs

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    Six sujets restant d'une vieille charmille
    entourant la Chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Secours
     avril 2014 © Eric de Séjournet  

    6 arbres remarquables

    Rosières | Domaine public | Site 46/1
    État sanitaire 6 | Arbre sans tare ou défaut macroscopiquement visible
    Circonférence 2 m 10 | Hauteur 22 m
    Intérêt paysager & folklorique/religieux | Situation : groupe, voirie
    Année d'observation 1997 | Officialisation : Moniteur Belge du 22 février 2013


    HISTORIQUE DU CLASSEMENT | Par Arrêté Royal du 2 décembre 1959 (1) est classé comme site, en raison de sa valeur esthétique, l’ensemble formé par la vieille chapelle et les arbres qui l’entourent, à la jonction des rues de Bruxelles et du Tilleul, à Rosières-Saint-André, section A, partie du n° 30a (partie de 1 Ha. 30 a. 40 ca.), propriété de Hollickx Marguerite, veuve de Jean Jacqmotte, née à Ixelles le 31 juillet 1880.

    Les restrictions à apporter au droit de la commune-propriétaire et que commande la sauvegarde de l’intérêt national, sont les suivantes. Interdiction, sauf autorisation accordée conformément aux dispositions de l’article 6 de la loi précitée

    - de faire disparaître l’ensemble comprenant la chapelle et les arbres qui l’entourent, ou de le modifier
    - d’élaguer les arbres autrement que pour l’ensemble et dans des proportions normales
    - d’appliquer contre les murs de la chapelle toute plaque commémorative ou autre inscription
    - d’attacher du fil de fer aux arbres, dans le but de clôturer le lieu

    Signé : Baudouin

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Carpinus betulus | six Charmes communs
    Rosières | chemin des Deux Fermes, au croisement avec la rue de Tombeek
    1985 © Narcisse Poplemont pinxit
    juillet 2017 © Monique D'haeyere
    janvier 2013 © Eric de Séjournet

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

      

    charme commun

    Les charmes constituent un genre d’arbres et d'arbustes de la famille des Bétulacées. Ce genre (Carpinus) compte une trentaine d’espèces des régions tempérées de l’hémisphère nord, d'Asie mineure et d’Europe. Une forêt constituée principalement de charmes est appelée une charmaie ou une charmeraie. Le mot charme est issu du latin carpĭnus « charme commun ».

    Les charmes sont des arbres pouvant mesurer jusqu'à 25 mètres, à feuilles marcescentes, alternes, petites, simples, avec le bord du limbe finement denté. L'écorce de l'arbre est foncée et souvent grise. Elle est quelquefois marron.

    Les fleurs sont regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent.

    La plus grande charmeraie naturelle d'Europe est la Forêt de la Hardt qui occupe l'est de la région mulhousienne.

    Le charme commun, d’origine européenne, qui supporte bien la taille est fréquemment planté comme arbre d'ornement dans les parcs et jardins, et pour constituer des allées (charmilles) et des haies (2).

    SYMBOLIQUE | la loyauté, la fidélité et la droiture.

     

    rosières,chemin des deux fermes,rue de tombeek,arbres remarquables,chapelle de notre-dame-de-bon-secours

    Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland,
    Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany


    __________

    (1) MINISTÈRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE, Administration des Arts, des Lettres et de l’Education populaire (Ministre Charles Moureaux), Arrêté Royal fait à Bruxelles le 2 décembre 1950
    (2) Notice didactique | Wikipedia

    ARBORESCENCE | Charme commun